Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Damien Ruliere

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai nouvelle Peugeot 308 : Repartir du bon pied

Face à une concurrence renouvelée, Citroën C4 et Ford Focus, et surtout face à une Renault Mégane intouchable sur le marché, la Peugeot 308 lancée en 2007 faisait grise mine. La marque au lion lui redonne le sourire, c’est le cas de le dire, avec une nouvelle face avant inspirée de la berline 508 mais également un moteur e-HDI 112 ch disponible pour la première fois en boîte manuelle.

Une nouvelle identité visuelle indispensable

La 308 c’était encore la vieille école chez Peugeot. Museau proéminent, bouche béante et regard disproportionné, tout ceci est banni au profit de la fameuse calandre flottante et de projecteurs affinés. Calqué sur la 508, elle-même inspirée du concept SR1, l’ensemble s’avère réussi et redonne du caractère à la compacte sochalienne. On remarquera aussi le bel effort d’intégration des feux de jour à Led qui prennent une forme de boomerang autour des antibrouillards ainsi que le nouveau logo de la marque sur fond noir façon RCZ. Si la 308 semble complètement transformée, les modifications ne touchent pourtant que la face avant car le reste demeure figé, une anecdotique baguette chromée vient simplement orner le hayon de la berline. À noter que les deux autres carrosseries de la gamme, break SW et cabriolet CC, sont également concernés par ce restylage de mi-carrière.

Passons rapidement sur l’intérieur. Agréable et bien fini, il n’avait pas spécialement besoin d’une refonte et hormis quelques touches de chrome et de noir laqué il ne bouge pas d’un iota.

Enfin parmi les nouveautés non visibles sur l’auto mais bien présentes au catalogue, ce sont les nouvelles dénominations des finitions. Exit les Confort, Confort Pack ou Pack Premium, place comme sur la 508 à de l’Access, de l’Active et de l’Allure. Les versions Féline et GTi font toujours figure de haut de gamme.

e-HDI : une boîte manuelle qui change tout

Que ce soit sur la 508 ou sur la Citroën C4, nous n’avons jusqu’ici jamais pu apprécier le système e-HDI à sa juste valeur tant la boîte robotisée BMP6 à laquelle il était associé était agaçante. Même si chez PSA on jure que la clientèle en redemande, il semble que nos critiques ont porté leurs fruits puisque la 308 est le premier modèle à le proposer en boîte manuelle.

Contrairement à un Start & Stop classique qui fait appel à un démarreur renforcé, l’e-HDI opte pour un alterno-démarreur plus efficace à froid et moins sensible à la demande en énergie des périphériques type direction assistée et climatisation. Véritable micro-hybridation, le dispositif étonne par sa discrétion lors des coupures et des redémarrages, au point de passer inaperçu. Si une technologie est jugée utile quand elle sait se rendre invisible, alors l’e-HDI paraît très abouti. Il faut donc aller voir du côté de l’ordinateur de bord pour vérifier ses bienfaits et là surprise (!), les périodes d’arrêt du moteur peuvent atteindre 25 % du temps de parcours en ville. On remarque aussi les bénéfices au niveau des consommations avec un cycle mixte annoncé à 4,2 L/100 km (4,5 L auparavant). Autre point fort du système, sa disponibilité sur un moteur de grande diffusion et non sur une version confidentielle. Performant et silencieux, le 1.6 HDI 112 ch est tout de même le moteur le plus vendu du groupe PSA. Combiné à la boîte manuelle, ses relances ne sont plus muselées par la transmission robotisée et même si la commande manque encore de précision la fluidité y gagne.

À noter enfin, l’arrivée d’une nouvelle offre haut de gamme diesel 2.0 HDI 150 ch sur la berline et le break. Puissant et coupleux (340 Nm), ce moteur manque de finesse par rapport au 1.6 112 ch et s’avère plus bruyant. Il est également plus cher de 1 600 EUR.

Bilan

Si peu de modèles profitent véritablement de leur restylage à mi-parcours, ce n’est pas le cas de la Peugeot 308. Sa nouvelle face avant devrait faire l’unanimité et sa brillante version coeur de gamme 1.6 L e-HDI 112 ch (boîte manuelle) devrait lui permettre de rattraper la Mégane dans la course au titre de compacte la plus vendue. Reste des tarifs toujours un peu élevés, 23 600 EUR pour la version intermédiaire Allure e-HDI, mais largement compensés par une grande qualité de fabrication et des prestations routières de haut niveau.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + six =