Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Alfa Romeo Giulia – Plus forte que les Allemandes ?

Il semble qu’Alfa Romeo ait toujours besoin d’une berline pour se relancer. Après la 156 en 1997, ce sera au tour de la Giulia d’offrir un nouvel élan à la firme d’Arese en 2016.  Dévoilée hier dans sa version la plus sportive Quadrifoglio, V6 de 510 ch, la Giulia ne veut plus jouer les seconds couteaux derrières les stars allemandes. Méchante l’Italienne !

Alfa-Romeo-Giulia-8

Trois modèles inédits en deux ans, dont cette Giulia, avec pour objectif de multiplier les ventes par cinq, la relance d’Alfa est enfin en marche. A la manœuvre, le Groupe Fiat poursuit d’ailleurs l’ambition de faire d’Alfa une firme premium, au même niveau que le trio allemand Audi, BMW et Mercedes.
Il y a encore du travail mais la nouvelle Giulia cogne fort, surtout dans sa version ultime Quadrifoglio, la première à faire son apparition. Le reste de la gamme, notamment les quatre cylindres essence et diesel, suivra au Salon de Francfort pour une commercialisation en 2016.

 

Moins de 4’’0 au 0 à 100 km/h

Visuellement, la nouvelle Giulia – nouvelle car l’appellation renvoie à l’une des berlines les plus populaires de la marque produite jusqu’en 1977 – abandonne la finesse de la 159. Oui, rappelez-vous la 159 dont la carrière est déjà stoppée depuis 2011, laissant derrière elle une gamme moribonde composée seulement de la MiTo, de la Giulietta et de l’exclusive 4C.
On assiste à un retour des courbes généreuses et à ce tempérament « latin » qu’on attendait depuis longtemps. Certes la calandre triangulaire demeure la marque de fabrique d’Alfa, au passage le logo est épuré, mais on remarque tout de même un regard inspiré de la BMW Série 4 et une poupe très « Maserati ».

Côté dimensions, la Giulia atteint 4,73 m en longueur soit 5 cm de plus que la dernière Mercedes Classe C.

Alfa-Romeo-Giulia-10

Régime carbone et alu

Construite sur une plate-forme inédite baptisée Giorgio, la nouvelle berline Alfa promet un des poids les plus faibles de la catégorie, une répartition idéale 50/50 et des solutions techniques innovantes comme un train avant à double bras oscillant, une première. Alfa semble avoir dépensé sans compter car sur cette version Quadrifoglio, le carbone s’invite sur le toit, le capot, la structure des sièges et l’arbre de transmission. L’aluminium, lui, colonise le freinage (carbone-céramique en option), les suspensions et les motorisations. On notera même une traverse arrière en matériau composite alu et plastique.

Bien sûr on a gardé le meilleur pour la fin, le cœur du réacteur en somme, l’apparition d’un V6 turbo d’origine Ferrari, celui qui équipe déjà la Maserati Ghibli. Fort de 510 ch, il permet à la Giulia de signer le 0 à 100 km/h en 3’’9, soit un temps équivalent au coupé AMG-GT S de 510 ch également. Cela faisait longtemps qu’une Alfa n’avait pas été en aussi grande forme !

Nous n’avons pas fini de vous parler de la nouvelle Alfa Romeo Giulia et nous reviendrons sur son cas dès que nous aurons davantage d’informations.


Post navigation


Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *