Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Alfa Romeo MiTo MultiAir : En bon gestionnaire

Annoncé comme l’avancée technologique la plus importante depuis le Common Rail sur le diesel, le Fiat Punto Evo. Particulièrement intéressant sur le papier, un essai s’imposait pour vérifier toutes ces belles promesses.

Précurseur de la rampe commune en 1997 sur la 156 diesel , MultiAir contrôle en temps réel l’air introduit par les soupapes d’admission en fonction de la demande, cylindre par cylindre et cycle par cycle. Un rapide cours de technique s’impose !

Sur un moteur essence dit classique, seul l’arbre à cames gère la levée et le temps d’ouverture des soupapes. En supprimant leur dépendance à l’arbre à cames, le MultiAir autorise une plus grande flexibilité en fonction de l’utilisation, à pleine charge il permet une ouverture maximale des soupapes sur une durée plus longue, à charge intermédiaire il limite leur ouverture et leur temps d’ouverture et à faible charge il est même capable d’ouvrir et de fermer les soupapes deux fois par cycle pour une disponibilité optimale. Les bénéfices : une puissance accrue de 10 %, un couple en hausse de 15 % et des consommations et émissions en recul de 10 %. Les rejets de particules connaîtraient également une chute de 40 %, voire 60 % pour les NOx. À noter que le MultiAir est associé au système Start&Stop qui permet une économie de carburant d’environ 10 % sur les parcours urbains.

Parole, parole, parole… ?

Le premier bloc à bénéficier de la technologie MultiAir est le quatre cylindres 1.4 de l’Alfa MiTo en version atmosphérique 105 ch et turbocompressée 135 ch. Essayée dans ces deux variantes, la MiTo brille par sa vivacité au démarrage et par une sonorité plutôt engageante. L’apport du MultiAir est alors appréciable. Mais dépassé 2 000 trs/min, le 105 ch s’évanouit progressivement au fur et à mesure que l’aiguille s’approche de la zone rouge. Faiblard en reprises et en accélérations, il oblige à jouer du levier, au demeurant peu précis, et les consommations annoncées (5,7 L/100 km) sont vite dépassées : en moyenne 7,5 L/100 km sur notre parcours d’essai.

Déçus par cette première rencontre, c’est plein d’espoir que nous prenions le volant du 135 ch. Et là il faut reconnaître que n’avions pas essayé un moteur essence aussi disponible depuis longtemps. Explications. Grâce à un couple de 206 Nm dès 1750 trs/min, ce bloc est capable à l’image d’un diesel d’offrir des relances surprenantes quel que soit le régime. Passé 2 000 trs/min, l’apport du turbo est indéniable mais se fait de façon linaire et soutenue jusque très haut dans les tours. Souple en bas, rageur en haut, les promesses du MultiAir d’un moteur plein comme un oeuf à tous les régimes semblent être tenues. Un peu moins question consommations, 8,0 L/100 km en moyenne lors de notre essai alors que la fiche technique annonce un tout petit 5,6 L/100 km. À noter que ses émissions de CO2 de 129 g/km lui permettent d’être éligible pour le moment à un bonus de 200 EUR.

Toujours est-il que sa contre-performance sur le plan des consommations est largement compensée par le plaisir qu’il délivre en association avec le châssis aiguisé de la petite Italienne. Ferme mais cassante, la MiTo fait preuve d’une grande vivacité et d’une excellente maîtrise du roulis. Bon point également pour sa direction tranchante, un peu moins pour son freinage qui manque de mordant.

Si le MultiAir semble moins révolutionnaire qu’il n’y paraît quand on regarde de plus près sa facture énergétique, sa prestation exemplaire en version turbo 135 ch nous fait croire en son fort potentiel. D’ailleurs nous ne sommes pas les seuls puisque le groupe Fiat entend bien l’adapter prochainement à l’injection directe, au diesel et même au GNV (essence/méthane). Côté tarifs, Alfa propose la MiTo MultiAir à partir de 16 700 EUR en 105 ch et 18 500 EUR en 135 ch. Nous vous donnons rendez-vous avec le MultiAir début 2010 pour un deuxième galop d’essai sur la MiTo Quadrifoglio Verde en 170 ch.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *