Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Audi A1 – 1.6 TDI 105 – Une petite Audi déjà bien grande

Après une expérience malheureuse sur le segment des citadines avec l’A2, non pas que le produit ne fût pas bon, bien au contraire, mais les tarifs pratiqués ont dissuadé la clientèle, Audi retente le coup cette fois sur un créneau porteur et parfaitement dans ses cordes, la citadine premium. Face aux Mini, DS3 et MiTo, Audi répond A1. Le programme : « tout Audi dans moins de 4,0 m de long ». Pari réussi ? La réponse en essai dans les rues de Berlin.

Dans l’oeil du photographe

Face à une concurrence au design osé, l’A1 oppose un certain classicisme typiquement Audi. Silhouette rondouillarde, regard vif souligné des Leds, calandre biseautée, l’A1 ne fait pas dans l’original mais plutôt dans l’efficace et ne cache pas sa parenté avec les berlines de la marque. Les fidèles de l’anneau feront immédiatement le lien avec les prestigieuses A4, A6 et A8 et retrouveront même un peu de Q5 dans ses feux arrière. Féminine mais assez agressive pour attirer les mâles en manque de reconnaissance, l’A1 est tendance mais pas trop ce qui fait que son design devrait bien résister au temps.

Vie à bord

Une fois à bord, l’habitué Audi ne se trouvera pas dépaysé. Si l’A1 inaugure une planche de bord plus aérée que sur ses grandes soeurs, l’ensemble respire toujours une qualité irréprochable grâce à des matériaux parfaitement choisis et une ergonomie sans fausse note. L’austérité fait également partie des équipements de série même si de petits détails colorés comme les cerclages d’aérateurs et certains habillages permettent de donner un peu de peps à l’ensemble. Côté espace, à l’avant rien à dire, mais à l’arrière on ne fait beaucoup mieux que la concurrence. Les deux occupants auront du mal à accéder au lieu de leur punition, leurs jambes et leurs têtes devront composer avec des côtes restreintes. Le coffre quant à lui s’inscrit dans la moyenne de la catégorie avec 270 L. Face à l’esprit rétro d’une Mini ou à l’ambiance baroque d’une DS3, l’A1 oppose la fameuse rigueur allemande et introduit un niveau de qualité jamais vu dans la catégorie auparavant.

Les équipements

Au lancement, l’Audi est disponible en cinq versions : Attraction, Ambiente (+ 1 110 EUR), au même niveau Ambition et S-Line (+ 1 800 EUR) et Ambition Luxe (+ 3 000 EUR). Cette dernière (notre modèle d’essai) profite d’un équipement complet avec climatisation automatique, ordinateur de bord, régulateur de vitesse, radio CD MP3, sellerie cuir et GPS. Parmi les options, tradition Audi oblige, on notera les feux xénon à Leds contre un supplément de 1 050 EUR, le Pack extérieur S-Line à 1 890 EUR et le système audio Bose à 990 EUR.

Sous le capot

Sans surprise, l’Audi A1 reprend des mécaniques bien connues du groupe Volkswagen , en essence les 1.2 et 1.4 TFSI de respectivement 86 et 122 ch, en diesel pour le moment le 1.6 TDI 105. C’est avec ce dernier que nous avons arpenté les larges avenues berlinoises. Dernier-né des diesel à rampe commune du groupe, il développe 105 ch et 250 Nm de couple. Combinée à un poids raisonnable de 1 140 kg, cette mécanique séduit par son tempérament vigoureux et sa disponibilité. Sa souplesse n’a d’égal que la précision de la boîte qui aurait certainement gagné à recevoir un sixième rapport. Certes un peu bruyant, le 1.6 TDI délivre un agrément certain tout en soignant les consommations : moins de 4,0 L/100 km en cycle mixte. À noter enfin que ce moteur comme tous ceux qui animent l’A1 est équipé en série du système Start & Stop.

Sur la route

Un des gros points forts de cette nouvelle Audi A1 c’est sa facilité de prise en main. En effet, on se sent tout de suite à l’aise à son volant, son gabarit est facile à appréhender et la position de conduite est parfaite. Du coup, en moins de deux minutes on se surprend à adopter un rythme soutenu et à zigzaguer entre les files comme on le ferait tous les jours avec sa propre voiture. Une direction bien calibrée, un train avant agile, un empattement court (2,46 m), tout est réuni pour donner du dynamisme à cette A1. Ses suspensions offrent un compromis intéressant entre une fermeté nécessaire à la précision et un confort acceptable et lui permettent de prendre la tête du segment en matière de mise au point châssis.

Bilan

Avec sa structure en aluminium et son look de minispace, l’A2 trop était trop en avance sur son temps. Avec l’A1, Audi est parfaitement en phase avec son époque, une époque où la clientèle cherche des valeurs sûres et quoi de mieux qu’une Audi pour cela. Malgré des tarifs très élevés, entre 16 400 EUR et 29 714 EUR (25 300 EUR pour notre TDI 105 Ambition Luxe), l’A1 est promise à une belle carrière, son objectif de compiler tout ce qui fait la réputation d’Audi en matière de finition, de motorisation et de comportement étant pleinement atteint.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *