Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Audi A5 Sportback : Rencontre du cinquième type

« Aussi élégante qu’un coupé, aussi confortable qu’une berline et aussi pratique qu’un break », voici comment Volkswagen Passat CC avaient déjà bien défriché le terrain, mais l’A5 Sportback est la première à dériver d’un coupé et non d’une berline et à proposer un coffre à hayon. Alors véritable alternative ou fausse bonne idée savamment markétée ? Galop d’essai sur les routes de Toscane.



Citadines, compactes, berlines, breaks, cabriolets, monospaces, S.U.V et maintenant crossovers, difficile aujourd’hui sur le marché de ne pas trouver chaussure à son pied. On se dit aussi que les constructeurs ont déjà exploré toutes les voies. Eh bien non monsieur ! Audi invente un nouveau segment, sorte d’hybride entre un coupé pour la ligne, une berline pour l’espace et un break pour le coffre. En prenant pour base le séduisant coupé A5 et en l’allongeant de seulement 8 cm, la marque a réussi le pari de rajouter deux portes et un hayon sans perturber l’équilibre général. Avec ses faces avant et arrière quasi-identiques à celles du coupé et avec son toit plongeant jusqu’à l’extrémité du coffre, l’A5 Sportback est, n’ayons pas peur des mots, une réussite esthétique ! Racée, élégante, intimidante, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire l’allemande. Enfin, notons que comme tout coupé digne de ce nom, tous ses ouvrants font l’impasse sur l’encadrement des vitres.

Une fois passée la surprise extérieure, l’A5 Sportback en remet une couche à l’intérieur. Certes la planche de bord est identique à celle du coupé A5, mais tradition Audi oblige, elle présente une ergonomie et une finition irréprochables. Cela en deviendrait presque ennuyeux tant la firme d’Ingolstadt excelle dans ce domaine et n’ouvre la porte à aucune critique. Mais la vraie nouveauté se trouve du côté des places arrière. Au nombre de deux, elles profitent de l’empattement allongé de 6 cm par rapport au coupé pour offrir un espace généreux à deux adultes. Tête, genoux, coudes, tout le monde y trouvera son compte. Seul petit défaut, leur inclinaison limite la vision sur la route.

Enfin l’autre grande particularité de l’A5 Sportback c’est son coffre de 480 L (980 L sièges arrière rabattus) plus volumineux que celui d’une A4. De plus grâce à sa large ouverture et à sa forme rectangulaire, il transforme tout chargement en formalité.

Terminons cette présentation par un mot sur les équipements. L’A5 Sportback sera disponible en quatre niveaux de finition : Attraction, Ambiente (+ 1 600 EUR), S-Line (+ 4 900 EUR) et Ambition Luxe (+ 3 000 EUR). S-Line nous paraissant être le parfait compromis entre style et confort avec climatisation automatique, régulateur de vitesse, ordinateur de bord, système multimédia MP3 avec GPS, sièges sport et sellerie cuir, feux xénon, aide au stationnement et châssis sport avec jantes 18 pouces.

Une préférence pour le diesel

Sans surprise, l’A5 Sportback présente une offre moteur variée entièrement convertie à l’injection directe en essence comme en diesel. En entrée de gamme ce sont les 2.0 TFSI 180 et 2.0 TDI 170 qui s’y colle. Silencieux mais faiblard, le premier avoue ses limites face à un diesel plus coupleux et moins gourmand. La différence est moins nette sur les versions milieu de gamme, le V6 2.7 TDI 190 misant sur un excellent compromis performances/consommations, le 2.0 TFSI lui, bien connu de nos services, joue la carte du punch et de la mélodie. Sans doute l’un des meilleurs moteurs essence du marché. À noter que ce dernier se décline en boîte manuelle à six rapports mais également en transmission Quattro avec S-tronic sept rapports.

Mais là où l’écart est le plus flagrant c’est entre les versions haut de gamme six cylindres 3.2 FSI 265 et 3.0 TDI 240. Décevant par son manque de brio dans les tours et sa sonorité quelconque, le V6 essence ne fait pas le poids face à son homologue diesel. Plein à tous les régimes, il délivre un agrément bien supérieur tout en masquant son bruit de diesel. Assurément la meilleure motorisation de la gamme. La plus chère aussi mais le plaisir est à la hauteur.

Moins agile, plus confortable

Construite sur le même châssis que le coupé, L’A5 Sportback perd pourtant en dynamisme par rapport à celui-ci du fait d’un empattement rallongé et d’un embonpoint de 80 kg. Ses réactions semblent moins tranchantes. Elle fait preuve néanmoins d’une sacrée tenue de cap et d’une motricité sans faille. Une motricité sublimée par la transmission Quattro et par son différentiel Sport disponible en option sur les motorisations V6. Ainsi équipée, le 3.0 TDI atteint des vitesses de passage en courbe inavouables. Il confirme ainsi son statut de meilleure proposition.

Les plus sportifs regretteront bien sûr le manque de piment de l’A5 Sportback et son goût prononcé pour le sous-virage, en version deux ou quatre roues motrices d’ailleurs, mais la clientèle Audi n’est sûrement pas à la recherche de l’attaque permanente. C’est pour cela que l’Audi Drive Select trouve tout son sens car il permet de configurer l’amortissement, la direction, la réactivité de la boîte et du moteur selon trois modes : Confort, Auto et Dynamique. Le premier comme son nom l’indique privilégie une conduite coulée avec un filtrage parfait des irrégularités de la chaussée, le second s’occupe de tout en s’adaptant à votre conduite et le dernier fait la part belle au pilotage grâce à des suspensions affermies, des passages de rapports éclairs et un accélérateur plus réactif.

Disponible en France début octobre, l’A5 Sportback fera sans nul doute craquer les utilisateurs de berline à la recherche de style et les utilisateurs de coupé en quête d’espace. Esthétique, confort, praticité, efficacité et sécurité, la belle Allemande cumule les qualités. Son prix devrait également jouer en sa faveur, entre 33 800 EUR et 55 950 EUR. Certes c’est une somme, mais le positionnement est remarquable, pile entre une A4 et une A5 coupé. Succès garanti !

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *