Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Audi A6 Allroad V6 3.0 BiTDI 313 ch – Super Hero Family

Playboys richissimes le jour, justiciers la nuit, les Bruce Wayne et Tony Stark ont un goût prononcé pour les GT hautes performances. Mais dans le cas où ces super-héros souhaiteraient fonder une famille, Audi leur propose déjà sa dernière A6 Allroad, un break tout-chemin à la polyvalence rare. Et quand la marque décide de l’équiper d’un V6 diesel biturbo aux super-pouvoirs, l’A6 Allroad peut prétendre au titre de familiale ultime. C’est ce que nous sommes partis vérifier sur les routes marocaines.

L’histoire de l’A6 Allroad remonte à 2000 lorsque le break A6 Avant se pare pour la première fois d’une tenue de camouflage typée 4×4. Treize ans plus tard, le style baroudeur a fait des émules au sein de la gamme aux anneaux avec l’A4 Allroad mais aussi plus récemment chez bon nombre de constructeurs et dans tous les segments.  Malgré tout, le break premium aux aptitudes hors du bitume est plutôt rare sur le marché, citons tout de même la Volvo XC70 et dans une moindre mesure la Peugeot 508 RXH, et la concurrence de l’A6 Allroad est à voir plutôt du côté des gros SUV haut de gamme.


Le tout-chemin en tenue de gala

Pour passer de l’A6 Avant à l’aventurière A6 Allroad, Audi applique toujours la même recette, une recette de son invention donc parfaitement maitrisée, qui consiste à surélever l’auto de quelques centimètres (+6 cm) et à lui coller des protections de carrosserie en plastique brut et quelques touches d’aluminium pour un côté plus robuste et technique. Ainsi rhabillée, l’A6 Allroad n’est pas désagréable à l’œil mais le break A6 originel est tellement plein d’élégance qu’on regretterait presque cette tenue de randonneur qui force un peu le trait.

A l’intérieur, on est loin de l’ambiance bivouac, et vu que rien ne change par rapport à l’A6 classique on se rapproche davantage de l’hôtel 5 étoiles. La finition est plus que parfaite, les matériaux toujours aussi bien choisis et le confort des assises n’a d’égal que l’intelligence avec laquelle les différentes commandes sont agencées. Parcourir de longues distances à bord de l’A6 Allroad n’a rien d’un supplice, bien au contraire, et pour cela même pas besoin d’être accompagné. En effet, celle-ci en profite pour faire le plein d’équipements dernier cri qui au lieu de tromper l’ennui retiennent plutôt l’attention : système multimédia connecté MMI, affichage tête haute, vision nocturne, aide au stationnement automatique, régulateur de vitesse adaptatif, assistant au maintien de ligne, radar anti-collision et surveillance des angles morts.
Le seul petit point négatif de cette A6 Allroad serait finalement son habitabilité en retrait face à ses concurrentes directes, les Mercedes Classe E Break et BMW Série 5 Touring. Toujours est-il qu’avec 4,94 m en longueur, 1,89 m en largeur et un empattement de 2,90 m, l’auto a quand même de quoi accueillir convenablement 5 passagers et leurs bagages (de 565 L à 1 680 L).


Le break multi-cartes

Sur notre longue route entre Fès et Ouarzazate et après 350 km à profiter des vocalises du V8 de la dernière RS5 cabriolet, je n’étais pas franchement emballé par la perspective de parcourir les 300 km restants au  volant d’un break, diesel en plus. Pourtant, avec l’A6 Allroad la magie opère dès la mise sous tension.  Il faut dire que mon partenaire du jour n’est autre qu’un V6 3.0 biturbo développant 313 ch et 650 Nm de couple. Véritable force de la nature, le 6 cylindres BiTDI n’a certes pas un gros penchant pour les hauts régimes, normal c’est un diesel, mais sa disponibilité dès les bas-fonds du compte-tours est bluffante. Associé à la douceur de la boîte Tiptronic 8 rapports, il transforme l’A6 Allroad en une formidable dévoreuse de kilomètres. A ce stade, j’étais déjà conquis et mon militantisme en faveur de l’essence en prenait un coup.
Par ailleurs, les performances annoncées classent davantage l’A6 Allroad dans la catégorie des sportives que dans celles des transporteurs paisibles : 250 km/h en pointe et 5’’6 au 0 à 100 km/h. Et quelle sonorité ! En effet et c’est peut-être le plus étonnant, le V6 BiTDI résonne comme une V8 américain grâce à des valves actives dans l’échappement. L’ensemble peut paraître artificiel mais les oreilles et l’égo sont satisfaits. Pour finir, ce diesel de 313 ch qui ne connaît quasiment aucune concurrence affiche un appétit plus que raisonnable au regard de son agrément exceptionnel : 9,0 L/100 km en moyenne sur un parcours exigeant et avec une semelle droite étrangement lourde ce jour-là.

L’autre tour de force de cette A6 Allroad c’est sa capacité à lier une motorisation aussi savoureuse à des prestations dynamiques de haut vol. Malgré près de 2 tonnes sur la balance – l’auto est 70 kg plus légère que sa devancière grâce à davantage d’aluminium dans sa construction – l’A6 Allroad file comme le vent avec une aisance que les gros SUV sont loin d’atteindre.
Il faut dire que les moyens ont été mis par Audi pour offrir à cette voiture une grande polyvalence, à commencer par la transmission intégrale quattro pour une motricité sans faille et par une suspension pneumatique pour une garde au sol variable (185 mm max.) et de bonnes aptitudes en off-road. N’oublions pas non plus un amortissement piloté pour une auto à la carte oscillant entre le break de chasse ultra-précis et la limousine grand confort  et enfin le système Audi Drive Select pour jouer sur les réglages de la direction, des suspensions, de l’accélérateur et même de l’échappement.  L’électronique embarquée joue donc  un rôle prépondérant dans les capacités routières de cette A6 Allroad mais sa maîtrise, quel que soit le type de terrain rencontré et le rythme imprimé par le conducteur, en fait certainement l’une des voitures les plus abouties du marché.


Essai Audi A6 Allroad V6 3.0 BiTDI 313 ch – Bilan

Vous l’aurez compris, notre bilan au sujet de cette A6 Allroad de troisième génération est plus que positif. Son positionnement premium, son haut niveau de technologie, ses  qualités routières au-dessus de la moyenne, sa polyvalence et  bien sûr son V6 diesel biturbo, de multiples atouts qui  ont forcément une incidence sur son prix : à partir de 69 170 € (Ambition Luxe) et près de 100 000 € pour une version Avus suréquipée et agrémentée de quelques options. Pour les moins fortunés, l’A6 Allroad se décline aussi à partir de 56 860 € en version V6 TDI 204 ch et 61 410 € munie du V6 TFSI 228 ch.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *