Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Audi R8 Spyder V10: Drogue dure

Il y a des jours comme ça où l’on se dit qu’on fait un beau métier et qu’éventuellement travailler jusqu’à 62 ou 63 ans ce ne serait pas un problème. Ce fut notre pensée tout au long de la journée que nous avons passé en compagnie de la dernière création d’Audi, la R8 Spyder. Version découvrable de la GT qui fait trembler Porsche et sa 911, la R8 Spyder cumule les qualités à commencer par une plastique de rêve, un moteur V10 enchanteur et un châssis d’une rare efficacité. Récit d’une journée dans la peau d’un chanceux.

Dans l’oeil du photographe

Le premier contact est inquiétant. Dans l’obscurité du parking où nous elle nous attend, la R8 Spyder impose le silence à ses banales colocataires. Puis le fauve se réveille, son regard de Leds, reconnaissable entre mille, illumine l’endroit et le V10 sort de sa torpeur dans un râle effrayant. Une fois le ralenti revenu à la normale, nous pouvons apprécier la fluidité des lignes, l’agressivité du trait mais aussi l’incroyable prestance de cette R8. Même la petite capote en toile ne perturbe pas l’ensemble, seulement un peu le poids total avec un supplément de 100 kg par rapport au coupé (1 720 kg au total). On pourrait passer des heures à détailler ses courbes, mais l’envie de passer au poste de commandes et de tailler la route est plus forte. C’est donc religieusement que nous ouvrons la porte et nous glissons derrière le volant.

Vie à bord

Si la ligne extérieure est spectaculaire, on ne peut pas en dire autant de l’intérieur qui paraît presque trop sérieux. Certes, on sent bien que l’on n’est pas dans le premier déplaçoire venu mais on aurait pu s’attendre à un peu plus d’exubérance comme chez le cousin Lamborghini par exemple. En revanche la finition comme toujours chez Audi atteint des sommets et la planche de bord orientée vers le conducteur tel un cockpit est un bijou d’ergonomie. Tout tombe parfaitement sous la main, surtout le petit levier de vitesses en aluminium qui surplombe une grille façon Ferrari de la belle époque. La position de conduite est parfaite et les équipements font davantage penser à une berline de luxe qu’à une voiture de course : cuir Nappa, climatisation automatique, navigation, sièges électriques, système audio Bang & Olufsen, tout est là. Seul regret, la R8 a beau être le voiture officielle d’Iron Man, son armure rouge et or ne figure même pas dans la liste des options ! Côté espace, il faut se contenter du strict minimum et n’attendez pas qu’elle vous facilite la vie avec un quelconque espace de rangement. À peine 100 L sont disponibles sous le capot avant. Et puis avec ce genre de voiture, le volume de chargement, on s’en fiche. Ce qu’on attend de la R8 c’est qu’elle nous brutalise, qu’elle nous donne du fil à retordre.

Sous le capot

Suivant le chemin inverse du coupé, la R8 Spyder n’est pour l’instant disponible qu’avec le V10 5.2 FSI. Le V8 4.2 arrivera à l’automne. Autant le dire d’emblée et ne plus y revenir après, le véritable problème avec cette R8 c’est que notre permis ne compte pas autant de points qu’elle compte de chevaux sous son capot, 525 pour être exact. Et c’est là que le bât blesse, car avant d’enfoncer allègrement la pédale de droite pour la première fois, on hésite de peur d’aimer ça et d’être contraint de recommencer à la moindre occasion. Et puis au diable les limitations de vitesses, tant pis s’il faut dormir en prison ce soir, le plus criminel serait de s’en priver! Véritable élixir de plaisir, son V10 ne présente aucune inertie et répond présent quel que soit le rapport engagé et le régime. Parfaitement secondé par la boîte manuelle qui au passage est un vrai régal à manier, il impose une danse à l’aiguille du compte-tours des plus divertissantes. Rauque et doux en dessous de 4 000 trs/min, ce bouillant dix cylindres atmosphérique délivre tout son caractère ensuite en s’éclaircissant la voix vers les aiguës. Passé 6000 trs/min, la poussé se fait alors violente et ses cris sont tout simplement jouissifs. Du pur bonheur qui ne semble jamais vouloir finir tant ses ressources paraissent inépuisables. Les performances en attestent puisque Audi avance 313 km/h en pointe et 4 »1 pour passer de 0 à 100 km/h.


Sur la route

Figurant au palmarès des voitures les plus efficaces du moment en version coupé, la R8 ne semble avoir rien perdu de sa superbe en déposant le toit. À l’inverse de nombreux cabriolets où le plaisir de rouler cheveux au vent se paye comptant sur le plan dynamique, avec la R8 Spyder pas du tout. Hormis quelques vibrations parasites dues à son architecture, la GT allemande profite toujours d’une efficacité rare grâce à l’action combinée de trains roulants précis et de la transmission quattro qui offre en plus une motricité exemplaire. Ferme mais pas cassante, bien équilibrée, dotée en prime d’une direction façon scalpel, la R8 Spyder se montre plus facile à appréhender qu’une 911. Même si elle n’est pas à mettre entre toutes les mains, la belle d’Ingolstadt affiche un tempérament prévenant (léger sous-virage à la limite) et il est difficile, pour ne pas dire impossible, de la prendre en défaut sur route ouverte. Enfin, un mot sur le freinage de série (système céramique en option + 9800 EUR) aussi puissant qu’indestructible.

Bilan

Vous l’aurez certainement remarqué, nos critiques sont peu nombreuses au sujet de cette Audi R8 Spyder et tant pis si nous prenons le risque de passer pour des fans. Sa beauté, sa qualité de fabrication, sa mécanique enthousiasmante et son comportement routier d’un autre monde en font une des voitures les plus désirables de la planète. Toutes ces qualités ont malheureusement un prix que nous ne pouvons passer sous silence même si cela est très impoli d’en parler : à partir de 162 300 EUR. Elle ne fait certes pas l’économie du plaisir, mais il va au moins falloir travailler jusqu’à 62 ans pour nous l’offrir.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *