Essai Dacia Duster : le SUV compact au prix d’une citadine - Voitures.com
Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Rédaction

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Dacia Duster TCe 125 ch (2017) : le « Monsieur plus »

Note finale :
16 / 20

Un SUV compact au prix d’une citadine, c’est la promesse du Dacia Duster. Promesse qui a séduit 2 millions d’acheteurs dans le monde depuis 2010 (270 000 en France). Seulement côté confort, on naviguait plus dans l’univers des micro-citadines. Pour cette deuxième génération, la marque a conservé les basiques qui ont fait son succès mais a corrigé la plupart des défauts qui pouvaient lui être reprochées. Nouveau carton assuré !

Fiche Technique

Carrosserie SUV
Nombre de portes/places 5 portes / 5 places
Dimensions L/l/h en mm 4341 / 1804 / 1693
Empattement en mm 2 674
Volume du coffre en L 445
Poids à vide en kg 1 200
Type 4 cylindres turbo essence
Cylindrée en cm³ 1 197
Puissance en ch 125
Couple en Nm 205
Transmission traction
Boîte manuelle 6 rapports
Vitesse maxi en km/h 175
0 à 100 km/h 32"1
Conso cycle mixte en L/100 km 6,2
Rejets CO2 en g/km 138
Prix (à partir de) 15 550€
Energie essence
Puissance fiscale en CV 7
Bonus / Malus 1 373€

Essai Dacia Duster

Ce qu’il faut savoir sur le Duster

Certains doutaient de la pertinence d’un SUV low-cost sur le marché, d’autres s’en seraient presque moqués. Sept ans plus tard, le Duster ne fait plus rire personne, on salue l’exploit, voire même on réfléchit à faire pareil.

Avant de vous livrer nos impressions sur ce nouveau Duster, véhicule que nous avons toujours pris au sérieux parce que convaincus du bien-fondé de son offre, nous voulons prévenir ses plus fidèles amateurs. Oui nous allons le critiquer, le Duster n’est pas irréprochable, mais ce sera toujours en gardant à l’esprit son positionnement sur le marché ainsi que ses tarifs.

Le Duster dont on rêvait

A son lancement, la première génération de Duster était la première Dacia à afficher une vraie personnalité et un design plutôt valorisant. La marque a donc choisi la prudence avec une évolution en douceur, ce qui permet au passage de ne pas trop démoder la précédente mouture. Ainsi, malgré des épaules plus imposantes, une ceinture de caisse relevée et une face avant plus statutaire, la silhouette du Duster est identifiable au premier coup d’œil. Et si les dimensions ne changent pas, le Duster en impose davantage et s’écarte indéniablement de son image low-cost.

Cette impression est encore plus forte à l’intérieur, et c’est bien là où résidaient les principales lacunes du Duster 1. Le mobilier (planche de bord et contre-portes) est redessiné pour un aspect plus travaillé, les plastiques restent durs mais présentent mieux et l’instrumentation se veut plus élégante.

Sans atteindre celle des généralistes, la qualité perçue fait un vrai bon en avant et l’équipement s’enrichit pour vivre avec son temps. Ainsi pour la première fois sont disponibles (en série ou en option) la climatisation régulée, le système de carte mains libres, l’allumage automatique des feux, la vision 360° par caméras ou encore la surveillance des angles morts.

Essai Dacia Duster

Autre axe de progression majeur, le confort à bord avec des sièges modifiés pour un meilleur maintien, un volant désormais réglable en profondeur et en hauteur pour une position de conduite optimisée et un écran multimédia plus haut pour une lisibilité accrue.

Surtout (surtout !) l’insonorisation de la voiture est enfin acceptable avec une diminution sensible des bruits (air, moteur, roulement), la marque affirme les avoir réduits de moitié. Enfin côté espace, l’habitabilité est quasiment identique à la première génération, c’est-à-dire excellente compte tenu des tarifs pratiqués. Le coffre, lui, perd 30 L en raison de l’isolation, mais offre un toujours un volume convenable de 445 L.

Sur la route : l’essence bien sûr, mais …

Pour conserver ses tarifs imbattables (entrée de gamme toujours à 11 990€), le Duster n’a pas pu s’offrir le luxe d’une nouvelle plate-forme et a dû conserver ses moteurs. Notre choix se porte évidement sur l’essence TCe 125 ch, d’abord parce qu’il est bien élevé, mais aussi parce que pour les particuliers qui ont un kilométrage raisonnable il est pertinent et le marché de l’occasion en sera plus friand à l’avenir.

Très silencieux, ce 4 cylindres 1.2 turbo n’a aucune peine à mouvoir les 1200 kg du Duster, même s’il souffre toujours d’une certaine paresse sous les 2000 trs/min. Pour rester dans la deuxième moitié du compte-tours, là où son agrément est tout à fait convaincant, il faut malheureusement jouer de la boite dont la commande est imprécise. Un petit jeu qui peut avoir des conséquences sur la consommation : pas moins de 8,0 L/100 km lors de notre essai.

Malgré tout, nous émettrons deux réserves au sujet de ce TCe 125 ch. La première, du fait de la marque, à savoir l’absence de boîte automatique optionnelle (seulement sur dCi 110 ch). Dommage car la double embrayage EDC est performante et ce choix limité pourrait freiner certaines ventes. A noter que le TCe propose quand même un système 4X4 pour lequel il faudra accepter une rallonge de 2 000€, un malus plus élevé de 753€, une centaine de kilos en plus et une trentaine de litres en moins dans le coffre.

Notre deuxième réserve, cette fois de la faute d’un bonus écologique devenu fou, oblige les acheteurs du TCe 125 à s’acquitter d’un malus de 860€ tandis que le diesel dCi 110 est dans la tranche neutre. Ainsi l’avantage tarifaire de l’essence sur le diesel est annulé, et en dépit de ses déclarations l’Etat dans sa grande incohérence continue de soutenir les ventes de diesel.

L’assurance d’un Dacia Duster TCe 125 ch

  • Tiers : à partir de 206€/an avec A comme assure
  • Intermédiaire (Tiers +) : à partir de 261€/an avec L’Olivier assurance
  • Tous risques : à partir de 354€/an avec Amaguiz

Pour en savoir plus sur l’assurance Dacia Duster, rendez-vous sur le site Hyperassur.com

Terminons par un mot sur le comportement de ce nouveau Duster. La bonne nouvelle c’est que son amortissement reste typé confort, mais que grâce à de nouveaux réglages les mouvements de caisse sont mieux maitrisés au bénéfice de la précision. Plus de précision, c’est justement l’objectif de sa nouvelle direction à assistance électrique. La lourdeur et le ressenti aléatoire de l’ancien dispositif hydraulique ont donc été gommés. Enfin le poids contenu de l’auto joue toujours en faveur de l’agilité.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

2 commentaires sur cet article
  1. Outre l'(erreur de la photo de l’intérieur, la vente du TCe est suspendue (comme pour de nombreux moteurs), le temps de s’adapter aux nouvelles normes de mesures des consommation.
    Voilà donc un court article bien pauvre et qui n’apprend vraiment rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *