Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Dacia Lodgy 1.5 dCi 110 – Le prix n’est plus le seul argument

Deux ans après la révolution Duster, Dacia renouvelle son pari de bousculer les généralistes, cette fois sur le marché du monospace compact avec le Lodgy. Le prix est bien entendu son argument massue, moins de 10 000 euros, mais ce n’est plus le seul. Depuis son crossover la marque soigne le style et cela se voit sur le Lodgy, mais aussi la vie à bord avec une meilleure finition et surtout un espace étonnant. On avait pour habitude de pardonner bien des choses aux Dacia en raison de leur prix mais avec le Lodgy il n’y a plus grand chose à pardonner.

Acteur majeur sur le marché français après seulement 8 ans de présence, Dacia a vendu plus de 800 000 voitures l’an passé dans le monde et représente désormais un tiers des ventes du Groupe Renault. Un succès qui force le respect et que seuls les prix ne peuvent expliquer. En effet, Dacia a parcouru beaucoup de chemin depuis la Logan et notamment au niveau du style. Avec son look viril le Duster a marqué une étape importante et le Lodgy semble avoir passé un nouveau cap en introduisant un peu d’élégance dans la gamme.
Sans être follement original, le Lodgy mise bien entendu sur la simplicité mais sa face avant ne manque pas de caractère et malgré sa silhouette cubique il parvient à se démarquer de l’univers utilitaire. Ni plus, ni moins séduisant que la concurrence, l’ensemble profite de sa propre personnalité sans toutefois attirer les regards. Un mot sur ses dimensions : avec  4,50 m en longueur (1,75 m en largeur/  1,68 m en hauteur) le Lodgy se place entre le Scénic  (4,34 m) et l’Espace (4,65 m).


Vie à bord – De la place en promo

Sans en faire des tonnes, Dacia a réussi à apporter un peu de raffinement à l’habitacle de son Lodgy. Toujours compte tenu du tarif, on est encore loin des références allemandes mais on note une belle progression avec notamment une ambiance bi-ton, une nouvelle instrumentation et quelques touches de noir laqué. Les commandes de lève-vitres ont enfin migré sur les portières et les vis sont désormais cachées. On regrette toujours la fermeté des assises et leur manque de maintien mais on se sent bien à bord du Lodgy et la luminosité est au rendez-vous. On salue également l’introduction pour la première fois sur une Dacia d’un système multimédia/navigation à écran tactile (option 430 euros). Développé par LG, le dispositif est efficace et très simple à utiliser.

Mais le vrai point fort du Lodgy c’est son habitabilité, tout bonnement la référence du segment. Livré de série en version 5 places, il peut accueillir jusqu’à 7 personnes moyennant une rallonge de 490 euros. On entend déjà les mauvaises langues dire que seuls des enfants pourront s’installer en rangée 3. Et bien pas du tout ! L’accès est aisé et deux adultes peuvent y effectuer quelques centaines de kilomètres sans avoir les genoux dans le menton et la tête dans la vitre arrière. Notons au passage que l’empattement du Lodgy (2,81 m) est identique à celui de l’Espace. Particulièrement logeable, le monospace roumain (fabriqué au Maroc) annonce un volume de chargement de 207 L en configuration 7 places, 827 L en configuration 5 places et jusqu’à 2 617 L une fois tous les sièges repliés. Dernier détail, la rangée 3 se replie à la façon d’un portefeuille et ne dégage donc pas un plancher plat comme dans un Opel Zafira par exemple. On ne peut pas tout avoir !


Les équipements – Le haut de gamme sans hésitation

Compte tenu des tarifs pratiqués, il ne faut pas hésiter à jeter son dévolu sur le haut de gamme Prestige. En effet, cette finition livre de série la climatisation manuelle, le limiteur de vitesse, l’ordinateur de bord, les radars de recul, les jantes 16 pouces et le fameux système multimédia avec GPS.  Un choix d’autant plus judicieux que la version intermédiaire Laureate propose la climatisation mais pas l’autoradio. Les deux premières versions (Lodgy et Ambiance) se révèlent très dépouillées et servent surtout à afficher un prix d’appel au ras des pâquerettes. L’écart entre chaque finition du Lodgy est de 1 000 euros.


Sous le capot – Raisonnable

Afin de tenir ses prix, le Dacia Lodgy reprend logiquement des mécaniques éprouvées d’origine Renault. La gamme s’articule autour d’un bloc essence 1.6 MPI de 85 ch et du bien connu diesel  1.5 dCi disponible en deux puissances, 90 ch et 110 ch. C’est dans sa version 110 ch que nous avons fait connaissance avec le Lodgy. Souple et volontaire, le petit diesel fait le job sans panache. Avec  240 Nm de couple ses relances sont un peu faibles, mais il n’apparait jamais comme sous-motorisé et colle parfaitement à l’esprit « bon père de famille ». Il semble que la marque ait aussi travaillé l’insonorisation car le 1.5 dCi n’est pas réputé pour sa discrétion et ici il sait se faire oublier. Enfin côté consommations, les 4,4 L/100 km annoncés en cycle mixte sont un peu optimistes. Nous n’avons pas fait mieux que 6,8 L/100 km ce qui est plutôt pas mal pour un véhicule de cette taille.


Sur la route – Sans passion

Développé sur la plate-forme de la Logan comme le reste de la gamme, le Lodgy rassure plus qu’il n’assure. Son amortissement souple et son centre de gravité haut perché le rendent sensible au roulis mais il compense ce manque de précision par un niveau de confort appréciable. Sa direction offre une précision satisfaisante même si son train avant n’est pas des plus réactifs. En cohérence avec l’offre moteur, le comportement du Lodgy fait fi de toute notion de plaisir et s’apprécie à un train de sénateur.


Bilan

Pour apprécier le nouveau Dacia Lodgy à sa juste valeur il faut bien entendu toujours garder en tête son prix : à partir de 9 900 euros. Mais ce n’est pas sa seule qualité et c’est une preuve supplémentaire de la volonté de Dacia de se détacher de son image low-cost.  Pas désagréable à l’œil et même plutôt agréable à l’usage, le Lodgy apparait comme le modèle Dacia le plus abouti. Finition, accueil, motorisation, comportement, le Lodgy n’a pas bâclé tel ou tel point comme son prix aurait pu le laisser entendre. Honnête et sans chichi, le Lodgy se négocie 16 990 euros dans sa version Prestige 7 places dCi 110 ch soit 3 600 euros de moins que le Chevrolet Orlando (jusqu’ici le moins cher des monospaces 7 places) et 4 700 euros de moins que le moins cher des Scénic  5 places ( Authentique 1.6 16v essence). Ça vaut le coup d’y réfléchir !

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *