Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Fiat Fiorino Qubo : Le cube des familles

Cube c’est la traduction française de Qubo. Sorti dans un premier temps en utilitaire, le petit Fiorino se décline désormais en ludospace. La France étant le premier marché européen pour ce segment, Citroën Nemo Combi, le Fiorino pourrait connaître le succès grâce à un style sympa et à des prix agressifs.



Abordons tout de suite les prestations routières du Fiorino Qubo. Motorisé par le 1,3 Multijet de 75 ch qui devrait représenter plus de 90 % des ventes, l’Italien ne fait pas de miracle. Creux dans les bas régimes, ce bloc diesel parvient tout de même à offrir des accélérations satisfaisantes ensuite. N’est-ce pas suffisant par les temps qui courent ? Bien secondé par une boîte manuelle à 5 rapports, il permet d’aborder les dépassements en toute sécurité. S’il ne brille pas par ses performances, ce n’est pas ce qu’on attend de lui, ce moteur brille en revanche par sa discrétion et sa frugalité. En effet Fiat annonce moins de 4 L au 100 km en extra-urbain. À noter également que cette motorisation bénéficie d’un bonus de 700 € grâce à ses 119 g de CO2/km.

Côté comportement, le Qubo souffre d’une suspension un peu raide qui peut nuire au confort mais qui à l’inverse lui garantit une tenue de route saine et sans mouvement de caisse prononcé. Enfin, même si la pédale manque un peu de progressivité, rien à redire côté freinage.

L’intêret du Fiorino Qubo ne réside pas dans ses qualités routières, ce n’est d’ailleurs pas ce qu’on lui demande ni à tout ludospace en général. Face à un engouement toujours plus important pour ce type de véhicules, Fiat avance de solides arguments. Si la tendance générale est l’agrandissement, Renault Modus ou Ford Fusion souvent plus chers. S’intercalant entre le Doblo et l’Idea, le Qubo repose sur la plate-forme de la Grande Punto.

Avec moins de quatre mètres de long, il est très compact et se révèle très maniable. Parfait pour les trajets urbains, il saura séduire la clientèle féminine même si Fiat vise en premier lieu les jeunes familles désirant acheter leur première voiture. L’objectif de vente est de 3 000 à 5 000 unités en année pleine avec un taux de conquête de l’ordre de 60 %. Pour cela le le Qubo a essayé de se démarquer au maximum de son image d’utilitaire. Sa forme cubique a été allégée par des ailes arrondies et par une vague courant du pare-chocs avant jusqu’à la vitre arrière biseautée. Des boucliers peints, une grosse calandre et des barres de toit profilés viennent gommer un peu plus son côté camionnette.

Sympa à regarder, le ludospace italien l’est aussi à l’usage. Si la planche de bord ne respire pas une franche gaîté et présente encore des plastiques durs et brillants, l’ensemble est bien pensé à l’image du levier de vitesse surélevé qui tombe idéalement sous la main. La grande surface vitrée et la généreuse hauteur sous plafond participent à l’impression d’espace.

D’ailleurs ce n’est pas qu’une impression puisqu’à l’avant comme à l’arrière, les passagers se sentiront à l’aise. À noter que l’accès aux places arrière est rendu très pratique par les portes latérales coulissantes. Dans le Qubo, même les bagages ne sont pas gênés puisque le volume du coffre peut varier de 330 L à près de 2 500 L banquette rabattue. Le coffre dispose en plus d’une très large ouverture ainsi que d’un seuil de chargement bas pour plus de commodité. Bien pensé et pratique, le Fiorino Qubo possède plus d’un atout pour séduire et en cette période ce qui fait plus que jamais la différence c’est le prix. Et là aussi le petit Italien est bien armé.

Disponible en deux finitions, Team et Dynamic, et en deux motorisations, un 1,4 essence de 73 ch et le diesel de 75 ch, le Qubo démarre à 12 990 € et pour finir à 16 090 €. À ce prix-là on dispose d’un équipement assez complet qui intègre notamment la climatisation manuelle et l’autoradio CD MP3. Peu d’options sont au catalogue, demeurent la peinture métallisée, l’ESP et le système multimédia avec prise Ipod. Enfin le Pack Design, facturé 500 €, et qui comprend les barres de toit, les radars de recul et les jantes alliage 16 pouces est un choix judicieux, aussi bien pratique qu’esthétique. Bien équipé et bien placé au point de vue tarifs, le Fiorino Qubo semble promi à un bel avenir. Et comme si ça ne suffisait pas, Fiat annonce des offres de lancement alléchantes jusqu’à fin septembre.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *