Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Ford Ka TDCi : James Bond Girl

Vendue à près de 1,5 million d’exemplaires depuis 1996, la première génération de ne pouvait plus soutenir la comparaison face aux nouveaux « poids lourds » du marché que sont la et la . En plus d’une apparition dans le dernier la nouvelle mouture fait une entrée remarquée grâce à un moteur diesel, une première ! Même avec sa bouille craquante, ses équipements en hausse et ses tarifs serrés, la nouvelle Ka peut-elle véritablement bousculer le segment des citadines ? Réponse en essai.

Si la Ford Ka I inaugurait à l’époque le « New Edge Design » avec ses gros boucliers enveloppants en plastique noir, la nouvelle reprend pour sa part tous les traits caractéristiques du « ». Yeux en amandes, calandre trapézoïdale, silhouette dynamique plongeante sur l’avant, la Ka marque désormais sa parenté avec la nouvelle Fiesta.

Pas plus longue que l’ancienne version, mais un peu plus large et un peu plus haute, la Ka II fait toujours figure «d’apéricube » parmi la circulation. En revanche, ses nouvelles côtes sont aux bénéfices de l’habitabilité avec un accès à bord amélioré, un espace aux coudes et aux jambes majoré à l’avant comme à l’arrière et surtout une hauteur sous plafond conséquente. Le seul véritable point noir se situe dans le coffre. Avec seulement 224 L, et malgré les 747 L banquette rabattue, il aurait certainement profité de sièges coulissants comme dans la Twingo.

Construite sur la même plate-forme et dans la même usine de Tychy en Pologne que la 500, la Ka reprend quelques éléments intérieurs à la marque italienne comme le dessin générale de la planche de bord ou encore l’emplacement des commandes. Pour le reste, on retrouve l’ambiance moderne de la dernière Fiesta, une ambiance égayée par des inserts en couleur (blancs sur notre modèle d’essai).

Certes la finition et l’ergonomie ont fait des progrès considérables par rapport à l’ancienne génération, mais quelques plastiques durs et grossiers subsistent à l’intérieur. Rien de bien méchant compte tenu des prix pratiqués : 8 990 EUR en essence et 10 990 EUR en diesel. À ce prix là, la finition Ambiente propose la direction assisté, les airbags conducteur et passager, le volant réglable, la banquette rabattable et l’ordinateur de bord. La deuxième et seule autre finition, baptisée Titanium offre pour sa part la climatisation, le verrouillage centralisé à distance, les vitres et rétroviseurs électriques, l’autoradio CD et les antibrouillards.

Sur la bonne voie

Pour afficher des tarifs compétitifs, La Ka limite son offre moteur à deux versions : un bloc essence 1,2 de 69 ch et un diesel de 75 ch emprunté à la 500. Ce dernier, contrairement à l’Italienne, demande un surplus de 400 EUR pour bénéficier du filtre à particules. Souple et vigoureux, le diesel permet enfin à la Ka de s’aventurer sur de longues distances sans appréhension. Les accélérations et les reprises sont satisfaisantes, la boîte manuelle 5 rapports participe à l’agrément de conduite. Pour couronner le tout, les s’avèrent très raisonnables, à peine plus de 4,0 L/100 km en cycle mixte. Seul bémol, les vibrations et le bruit qu’il génère à froid sont un peu envahissants.

Si la Ka a indéniablement gagné en dynamisme, ce n’est pas uniquement dû à son moteur. Son châssis plus rigide, ses suspensions plus fermes et sa monte pneumatique majorée (195/50 R15 sur Titanium) participent à l’amélioration de sa tenue de route, plus efficace et plus sécurisante. En revanche, sa direction collante et son poids en hausse (+160 kg) lui font perdre en vivacité par rapport à l’ancienne. Un constat à nuancer dans le sens où la Ka parvient à se jouer de tous les obstacles urbains. Particulièrement maniable, elle est aussi très facile à garer.

Moins pratique qu’une Twingo, moins « fashion » qu’une 500, la nouvelle ne manque pourtant pas d’arguments. Un style dynamique, un équipement et une finition corrects, un moteur diesel éprouvé et économique, cette James Bond Girl-là saura sans nul doute séduire une clientèle plus jeune et les aficionados de la version précédente. Pour notre part, nous conseillons la version TDCi Titanium à 13 040 EUR car plus vive et mieux équipée.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *