Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Hyundai i10 1.1 : petite aux atouts de taille

Hyundai veut faire de la i10 une actrice majeure du segment des citadines. Cette dernière s’en donne les moyens avec un espace habitable conséquent et une maniabilité hors pair.

Le Hyundai i10, qui remplace l’Atos depuis le mois de mars, fait la modeste. En effet, sous son humble ligne qui cristallisera bien peu de passion autour d’elle, elle propose des caractéristiques propres à faire d’elle la reine des centre villes. Habitabilité, maniabilité, elle fait des zones urbaines son bac à sable.

Puce pratique.

Simple mais efficace, c’est le credo de la i10. Cinq portes pour faciliter l’accès à bord, tel est le point fort des minispaces comparés aux citadines concurrentes comme la Twingo. Une fois à l’intérieur, les grands gabarits apprécieront le vaste espace habitable, et les familles se verront comblées avec la possibilité de caser confortablement trois enfants à l’arrière.

Le coffre réserve une bonne surprise en affichant un volume de chargement de 225 litres, soit 5 de plus que l’Opel Agila. Pour sa part, la banquette fractionnable (60/40) et formant un plancher plat dès le premier niveau de finition achève de procurer à l’i10 de solides aspects pratiques.



Une fois au volant, la planche de bord offre un dessin avenant avec des plastiques durs mais à l’aspect flatteur, et la finition alu égaye un habitacle qui fait la part belle aux coloris sombres. Compteurs lisibles, console centrale bien agencée, l’ergonomie est pour sa part bien étudiée. Question rangements, la boîte à gants offre une belle contenance et les vide-poches sont présents en nombre.




Vivacité.

En ville, la i10 fait preuve de son brio pour frayer son chemin dans les zones urbaines engorgées. Son principal atout réside dans son rayon de braquage réduit de 4,75 mètres qui permet de profiter au mieux de la taille réduite de l’engin (long de 3,56 m) pour effectuer des demi-tours dans un mouchoir de poche.

Les suspensions brillent en ville : plutôt confortables, elles assurent un comportement précis et dynamique et limitent la prise de roulis. En revanche, elles seront vite dépassées par les événements une fois sur route, de même que les freins qui auraient mérité une meilleure endurance. Il en en va de même pour le moteur 1.1 l de de 66 ch ; énergique en ville et plutôt silencieux à bas régime, il perd vite de sa superbe sur les voies rapides où la i10 peine à la première montée. En revanche, ce bloc sait se contenir avec un appétit de moineau (6,1 l en ville et 5,0 l en moyenne) et permet d’accéder à un bonus écologique de 700 euros avec des émissions de CO2 de 119 g/km.

Disponible dès 9 690 euros, la Hyundai i10 se situe dans la moyenne de sa catégorie, mais reste plus chère que sa concurrente directe, la Kia Picanto. Elle profite en revanche d’un équipement conséquent dès la version Pack d’entrée de gamme : direction assistée, ABS, vitres avant électriques, radio CD/MP3, double airbag et centralisation. A noter que pour son lancement, la i10 bénéficie d’une remise de 1 000 euros.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *