Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Mazda 6 2.5 MZR : l’option dynamisme

Plus affirmée, plus légère bien que plus grande, plus haut de gamme… La nouvelle Mazda 6 est bien armée pour pérenniser le renouveau façon « zoom-zoom » du constructeur japonais en jouant la carte de la séduction avec une ligne attractive et un comportement particulièrement dynamique.

Lancée en 2002 et écoulée à 470 000 unités, la première Mazda 6 s’était vue chargée de lancer le mouvement du renouveau pour la marque japonaise alors en mal de représentation sur le marché français. Malheureusement, celle-ci souffrait d’une ligne quelconque qui a éclipsé les nombreuses qualités de cette auto, parmi lesquelles un châssis particulièrement dynamique.

Mazda a pris bonne note de cette lacune, et la nouvelle berline familiale du constructeur fait aujourd’hui oublier sa devancière avec un dessin réellement séduisant. Dynamique et moderne, il entre directement dans la veine des tendances japonaises. Audacieuse, athlétique, la Mazda 6 se veut presque tapageuse, mais reste cependant très civilisée. Dans la même vein, le break est également très réussi. Sur les photos, vous aurez remarqué que notre modèle d’essai est une berline 4 portes : c’est que la version à hayon n’était pas disponible lors de cette prise en main, de même qu’une motorisation diesel par ailleurs, mais les deux seront bien évidemment présents lors de la commercialisation sur la marché français qui ne conçoit pas un véhicule familial sans ces attributs.

Tour de magie

La Mazda 6 2008 est plus grande que l’ancien modèle, (+ 6,5 cm en longueur et + 1,5 cm en largeur), sa structure est également plus rigide, et son insonorisation plus poussée. On pensera ainsi que le poids a logiquement pâtit de ces optimisations, mais il n’en est rien, la Mazda 6 a même perdu des kilos grâce à une traque impitoyable des mauvaises graisses au niveau des sièges et des garnitures intérieures, des points d’ancrage, des renforts de boucliers, des suspensions ; même le système audio haut de gamme a perdu plus d’un kilo. Au final, ce sont 35 kilos qui ont été gagnés avec la motorisation 2.5 l MZR.

Moins de poids, c’est donc une massa moindre à déplacer au grand bénéfice des consommations. Basé sur l’ancien 2.3 l de 166 ch, le 2.5 l MZR de 170 ch consomme ainsi 6,6 % de carburant en moins. Il en va de même pour les autres moteurs de la gamme, à savoir le 2.0 MZR-CD de 140 ch (-6,7 %), et les essence 1.8 120 ch (-11,7 %) et 2.0 147 ch (-10,3 %). L’aérodynamique y est aussi pour quelque chose. Celle-ci a été particulièrement travaillée afin de faire tomber le Cx à 0,27 (0,293 pour la Laguna III), grâce notamment à un déflecteur en fer à cheval placé en amont des roues avant et permettant de réduire la résistance à l’air tout en favorisant le refroidissement des freins.

Montée en gamme à l’intérieur

Dans l’habitacle, le conducteur est accueilli par un poste de pilotage résolument moderne, en raison notamment de compteurs assez futuristes. La qualité est bien présente avec des plastiques agréables à l’œil et au toucher, même si les contre-portes déçoivent quelque peu. L’habitabilité est pour sa part excellente, notamment au niveau des places arrières où les passagers bénéficient de 2 cm supplémentaires d’espace aux jambes par rapport à l’ancienne version. Le coffre, avec ses 519 litres, se positionne parmi les meilleurs de sa catégorie. Projecteurs bi-xénon et adaptatifs, système de surveillance de pression des pneus et présence du Bluetooth constituent l’accastillage technologique bien fourni de la Mazda 6.

Dynamique

Empruntées à l’ancien modèle, les suspensions à doubles triangles à l’avant et multibras à l’arrière procurent un comportement très précis à la nouvelle Mazda 6 qui ne redoute pas les virages serrés de l’arrière-pays de la côte d’Azur, alors que la direction, désormais électrique, ne trahit pas la conducteur. Dans ces conditions, le 2.5 l MZR peut alors s’épancher sans contraintes, et il s’en donne à cœur joie. Même si la puissance n’a rien de démentiel, il profite d’une transmission manuelle (très précise et agréable) à 6 rapports pour distiller ses 170 ch qu’il faut cependant aller chercher jusqu’à 6 000 tr/min. De quoi exécuter le 0 à 100 km/h en 8 secondes et atteindre les 200 km/h. Cependant, ce bloc plutôt silencieux se déguste également à vitesse mesurée grâce au poids mesuré de l’engin qui autorise les reprises dès les bas régimes ; mais à ce rythme, on relèvera la dureté des suspensions qui nuisent quelque peu au confort.

Le lancement de la nouvelle Mazda aura lieu durant le prochain trimestre. Les prix devraient être compris entre 21 500 et 31 500 euros avec trois finitions : Elegance (chargeur 6 CD, climatisation automatique bizone, rétroviseurs rabattables, jantes 17 pouces), Sport (uniquement avec le moteur 2.5 l MZR), et Performance (sellerie cuir, GPS couleur tactile, toit ouvrant, aide au stationnement AV et AR).

Avec une réelle personnalité, la Mazda 6 a acquis ce qui lui faisait défaut par la passé. Par ailleurs, grâce à un châssis éprouvé, une qualité en hausse et surtout une réputation de fiabilité certaine, elle a tous les atouts pour rencontrer une clientèle en quête d’un véhicule familial sachant mêler dynamisme et aspects pratiques.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *