Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Mazda 6 : Le souci du détail

À l’occasion de son 90ème anniversaire, Mazda offre un léger restylage à son modèle phare, la berline 6. Modèle du renouveau en 2002, la Mazda 6 s’est écoulée depuis à 1,8 million d’exemplaires. Lancée il y a trois ans, la seconde génération évolue donc en douceur pour 2010 histoire de rester dans le coup face à une féroce concurrence, germanique notamment. Louée pour sa grande qualité de fabrication et ses prestations dynamiques, la Mazda 6 nous accompagne aujourd’hui dans les environs de Barcelone.

Dans l’oeil du photographe

Berline familiale de 4,75 m de long, la Mazda 6 profite cette année de quelques retouches esthétiques notamment au niveau de la face avant (bouclier, projecteurs et calandre), et même si ça ne se voit pas au premier coup d’oeil pas moins de 400 modifications ont été apportées à l’ensemble de la voiture. Pourtant, pas de gros bouleversement d’une version à l’autre, la 6 conserve sa silhouette élancée et ses traits sportifs. Assurément une des berlines les plus dynamiques sur le plan du design. À noter que la Mazda 6 se décline en trois carrosseries : 4 portes (non disponible en France), 5 portes et break FastWagon. Notre préférence va à ce dernier pour son caractère plus affirmé.

Vie à bord

À l’intérieur, les changements sont minimes et ne concernent que les habillages. L’emplacement des commandes est identique, seuls de nouveaux inserts chromés et noirs laqués sont là pour améliorer une qualité perçue déjà excellente. C’est un des points forts de cette Mazda 6 d’ailleurs, la finition. Sans atteindre l’excellence allemande, la berline japonaise n’a pas à rougir face au reste de la concurrence européenne. Autres bon points, l’esprit sportif de l’instrumentation qui s’illumine en rouge, l’ergonomie intelligente du poste de conduite et le bon maintien offert par les sièges. Côté espace, la Mazda 6 se situe dans la moyenne haute de la catégorie, on se sent à l’aise à son bord, et le volume de chargement se montre lui aussi au niveau : 510 L pour la berline (break : 519 L). Seul petit bémol quant à l’accueil offert par cette nouvelle Mazda 6 : l’immense tristesse qui s’en dégage.

Les équipements

Pour 2010, la gamme Mazda 6 comprend toujours trois paliers : Confort, Elégance et Dynamique, mais les dotations de série ont été revues à la hausse. En effet, on trouve dès l’entrée de gamme la climatisation bi-zone, le régulateur de vitesse, l’ordinateur de bord, les essuie-glaces et feux automatiques, l’autoradio CD-MP3 avec prise auxiliaire, les antibrouillards et les jantes alliage 16 pouces. La seconde finition rajoute l’aide au démarrage en côte, le système Bluetooth, les radars avant et arrière et les jantes 17 pouces. Enfin, le haut de gamme profite des feux bi-xénon à l’avant et à Led à l’arrière, du système audio Bose, de l’accès et du démarrage mains libres, d’une sellerie mixte cuir-tissu, des sièges sport chauffants, et du kit extérieur sport avec jantes 18 pouces. Seuls le GPS et le toit ouvrant pointent aux abonnés absents.

Sous le capot

Habitué des motorisations performantes, Mazda mise beaucoup sur le diesel en France (88 % du mix) avec trois niveaux de puissance pour son 4 cylindres 2,2 L MZR-CD : 129 ch (Standard Power), 163 ch (Mid Power) et 180 ch (High Power). Essayé dans ses deux versions les plus véloces, ce bloc brille par son silence de fonctionnement et par sa disponibilité dès les plus bas régimes : 360 Nm dès 1800 trs/min pour le 163 ch et 400 Nm au même régime pour le 180 ch. En matière d’agrément, la différence entre les deux versions n’est pas évidente, ni même en matière de consommation puisqu’elles sont annoncées avec la même valeur en cycle mixte : 5,4 L/km. En tout cas les deux poussent fort et n’ont aucun mal à mouvoir à mouvoir les 1,5 tonnes de la Mazda 6. Il faudra tout de même compter 3 350 EUR de plus pour passer de l’une à l’autre, une belle somme mais les deux versions sont associées à deux finitions différentes, Elégance pour le 163 ch et Dynamique pour le 180 ch. À noter tout de même qu’elles ont en commun une commande de boîte revêche, une constante chez Mazda.

Sur la route

Saluée par la critique pour ses qualités dynamiques, la Mazda 6 a toujours privilégié l’efficacité au confort. Pour 2010, les ingénieurs maison ont rectifié le tir notamment au niveau des suspensions. Plus souple, la 6 est du coup moins sensible aux dégradations de la chaussée sans pour autant perdre de sa précision. Peu sensible au roulis, vive mais toujours prévenante dans ses réactions, équilibrée, elle accepte volontiers un rythme soutenu voire criminel. On appréciera aussi les nouveaux réglages de sa direction qui demandent moins d’efforts tout en préservant les remontées d’informations et la réactivité. Notre seul reproche ira au freinage dont la pédale manque franchement d’attaque.

Bilan

Lignes agressives, habitacle soigné et bien équipé, comportement sérieux et motorisations performantes, la Mazda 6 réalise presque un sans faute. Ajoutons à cela la réputation de fiabilité de la marque et un prix étudié : à partir de 23 500 EUR en essence (2,0 L 155 ch) et à partir de 25 400 EUR en diesel (break + 1100 EUR), et la Mazda 6 quitte définitivement son statut d’alternative aux productions européennes pour rejoindre celui des références du segment.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *