Essai Mazda CX-5 | Voitures.com vous présente son nouvel essai auto !
Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Rédaction

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Mazda CX-5 2.2L Skyactiv-D 150 ch (2017) : Le haut du panier

Note finale :
15 / 20

Vous cherchez un SUV compact ? Marché français oblige, les Peugeot 3008 et Renault Kadjar s’imposent immédiatement à votre shopping list. Au mieux vous pensez VW Tiguan, Seat Ateca ou Nissan Qashqai en alternatives. Les plus « originaux » se risquent à un Ford Kuga ou un Hyundai Tucson. Et si vous vous démarquiez vraiment avec un Mazda CX-5 ? Revu et corrigée, le Japonais n’a rien d’un choix farfelu et gagne à être connu. Essai.

Fiche Technique

Carrosserie SUV
Nombre de portes/places 5 portes / 5 places
Dimensions L/l/h en mm 4550 / 1840 / 1675
Empattement en mm 2 700
Volume du coffre en L 503
Poids à vide en kg 1 420
Type 4 cylindres diesel
Cylindrée en cm³ 2 191
Puissance en ch 150
Couple en Nm 380
Transmission traction
Boîte manuelle 6 rapports
Vitesse maxi en km/h 202
0 à 100 km/h 9"2
Conso cycle mixte en L/100 km 5,0
Rejets CO2 en g/km 132
Prix (à partir de) 32 000€
Energie diesel
Puissance fiscale en CV 8
Bonus / Malus 690€

Essai Mazda CX-5

Ce qu’il faut savoir sur le Mazda CX-5

Avec une dizaine de milliers de ventes à l’année en France pour un peu moins de 150 points de vente, la marque Mazda n’est pas forcément la première à laquelle on pense dans un projet automobile. Pire, et c’est un tort, elle a du mal à s’imposer en tant qu’alternative.

En effet, sa gamme est l’une des plus récentes du marché. Son positionnement privilégie le rapport prix-équipements (entendez par là pas ou peu d’options), et sur le plan technique grâce à des solutions développées en interne la firme d’Hiroshima n’est en rien à la traîne face à des enseignes plus lumineuses.

Fer de lance de la marque (un quart de ses ventes mondiales), le CX-5 s’offre une seconde génération. Lancée en 2012 puis restylée en 2015, la première mouture n’avait pas forcément vieilli mais la déferlante de nouveautés sur le segment a vraisemblablement obligé Mazda à upgrader son modèle pour rester dans la course.

Nouveau … à moitié

Une calandre verticale plus imposante, des projecteurs avant affinés pour un regard plus nerveux et des feux arrière redessinés, voilà au premier regard ce qu’on pourrait retenir de ce nouveau CX-5. On note d’ailleurs une silhouette inchangée qui mise toujours sur un certain dynamisme.

Mazda affirme de son côté avoir remplacé plus de la moitié des pièces de la voiture et qu’aucun élément visuel n’est commun avec l’ancien, d’où l’appellation « nouvelle génération ». Qu’importe, le nouveau CX-5 est un véhicule moderne et valorisant qui permet notamment de se faire remarquer dans le flot de circulation en raison de sa relative rareté.

En passant à l’intérieur, les changements sont plus palpables. Le mobilier a été entièrement repensé, sa figure de proue étant cette planche de bord aux lignes plus verticales qui file un bon coup de vieux à l’ancienne.

Essai Mazda CX-5

Toujours très sombre (pour ne pas dire triste), elle affiche une ergonomie simple mais efficace et surtout une qualité perçue en progression. Sur ce point, le CX-5 n’est pas loin des références du segment, tout comme en matière d’habitabilité et de volume de chargement.

On appréciera particulièrement la position de conduite, parfaite selon nous grâce à un levier de vitesses rehaussé de quelques centimètres. On regrettera en revanche que Mazda n’ait pas travaillé davantage son système multimédia dont l’écran est un peu petit de nos jours (7 pouces) et la connectivité en retrait face à la concurrence.

Sur la route : pas de leçon à recevoir

Au départ, nous étions un peu déçus d’apprendre que le nouveau CX-5 reprenait le châssis de l’ancien … et puis nous nous sommes rappelées combien nous l’avions trouvé plaisant à conduire. En effet, pourquoi tout changer quand l’existant vous permet d’atteindre sans forcer le top 3 des modèles les plus convaincants sur un plan dynamique ?

Les ingénieurs Mazda ont malgré tout travaillé sur le calibrage de la direction et de l’amortissement, les différences sont minces soyons honnêtes. On ressent toujours la même précision dans le volant mais effectivement il y a plus de consistance et côté confort les défauts de la route à basse vitesse sont mieux gérés.

L’auto reste agile, les suspensions contiennent toujours très bien les mouvements de caisse, non le CX-5 n’a définitivement aucune leçon à recevoir de ses rivaux, pas même d’un 3008. Précisons que la monte pneumatique 17 pouces de notre modèle d’essai n’est certes pas la plus efficace esthétiquement mais elle a le mérite de ne pas dégrader le confort et de conserver une légèreté bienvenue dans le train avant.

L’assurance d’un Mazda CX-5 2.2L Skyactiv-D 150 ch

  • Tiers : à partir de 236€/an avec L’Olivier Assurance
  • Intermédiaire (Tiers +) : à partir de 337€/an avec Amaguiz
  • Tous risques : à partir de 401€/an avec Eurofil

Côté moteur, l’offre est faible en essence avec un unique 2.0 L de 160 ch, et se révèle finalement plus intéressante en diesel avec le « gros » 2.2 L Skyactiv-D 150 ch ou 175 ch qui prouve qu’avec un peu d’ingéniosité (taux de compression bas et suralimentation à double étage) on peut respecter les normes sans forcément verser dans le downsizing sauvage.

Dans sa version 150 ch il respire la santé, et ce sur une large plage d’utilisation. Ses relances vigoureuses (380 Nm de couple) et son association avec l’excellente boîte manuelle – commande courte et précise, une bonne habitude de la maison – en font un cocktail convaincant. Dans cette configuration, les consommations sont aussi raisonnables que le niveau sonore et les vibrations : 7,3 L/100 km en moyenne sur un parcours varié.

Les afficionados peuvent quand même l’accorder à une boîte automatique (+ 2 000€) et/ou une transmission intégrale (cette dernière rajoute 60 kg sur la balance et 1 800€ à la facture). Terminons en saluant l’excellente insonorisation de la voiture, un point faible de l’ancienne mouture que Mazda a corrigé.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *