Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Mitsubishi Lancer Evo IX : diabolique

Se retrouver au volant d’un tel bolide est un plaisir que l’on ne peut pas dissimuler. Avec ses 286ch et sa puissance d’accélération faramineuse, il faut bien dire que ce petit bijou ne fait pas défaut à sa réputation de super sportive. Récit d’une journée pas comme les autres.

« Vous venez chercher la fusée ? » Non, les journalistes de Webcarnews ne sont pas encore des cosmonautes, mais l’employé de Mitsubishi semble être rôdé au prêt de ce monstre mécanique. Après avoir été averti de la puissance du véhicule et de son mode d’emploi, nous prenons la route avec cette jolie japonaise.

Après avoir fait chauffé la bête, et s’être bien confortablement assis dans les sièges baquet Recaro, la bête commence à pousser ses premières notes. Le lourd bruit de l’échappement sport combiné à celui du surpuissant moteur laissent rêveur. Pas de souci, nous sommes à bord d’une voiture sportive, furieusement sportive. Bien que cette Evo IX soit sur le marché depuis 2006, elle n’a pas pris une ride.

Son allure est soignée, à l’intérieur comme à l’extérieur. Si certains parlent d’une voiture de rallye de route, il est aisé de s’en rendre compte avec un design bien spécifique. Ses formes s’échappent vers l’avant, son look est volontairement agressif et fait se retourner les badauds dans la rue, même à allure modérée. L’avant est orné d’un bouclier percé de plusieurs grilles d’aération.

Sportif donc, tout comme l’arrière du véhicule, profilé et surmonté d’un aileron plus réussi que dans la version précédente. A l’intérieur, on retrouve aussi l’atmosphère sportive du véhicule. Point de confort à outrance comme dans une berline allemande mais un strict respect du côté joueur de la voiture. Sièges baquet Recaro cuir, volant cuir Momo, tableau de bord simpliste et radio indépendante du tableau de bord complètent le tableau. Surprise de taille, le coffre est plutôt spacieux.

En soulevant le capot, on admire le spectacle d’un 2,0L Turbo, prêt à répondre aux attentes les plus folles. Nous ne pourrons pas nous targuer d’avoir poussé à fond la bête, n’ayant pas pu l’essayer sur circuit. Mais les possibilités entrevues de cette mécanique laissent augurer de la très bonne puissance de l’Evo IX.

Côté conduite, le plaisir est au rendez-vous. On retrouve une boîte six vitesses très bien programmées. Les rapports sont très bien réglés et bénéficient d’une utilisation au doigt et à l’oeil. L’Evo IX est en plus très maniable et semble ne pas avoir de limite dans le style de conduite, répondant au doigt et à l’œil.

Les freins, aidés par 4 étriers Brembo, sont de bonne facture. Trois mode de conduite sont disponibles, route, route avec graviers ou enneigée. La consommation est en rapport avec le véhicule. Comptez environ 12 à 13L/100km.

Le prix de ce petit bijou est de 40 999€ neuf, mais il est possible de la trouver sur le marché de l’occasion. Une seule option est disponible la peinture métallisée pour 450€.

Webcarnews a aimé :

– Comportement routier

– Sécurité

– Conduite au doigt et à l’œil

– Coffre

– Boîte de vitesse réglée au millimètre

– Rapport Prix/Performances

Webcarnews n’a pas aimé :

– La consommation d’essence

– L’aileron un peu « too much »

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *