Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Mitsubishi Outlander: Juste une mise au point

Cousin des Peugeot 4007 et Citroën C-Crosser, le Lancer et Colt, le Japonais gagne en caractère et désire désormais être considéré comme un crossover et non plus comme un SUV. L’autre nouveauté de cette seconde génération est l’apparition de la boîte robotisée à double embrayage TC-SST. Petite prise en main du côté de Maastricht.

Dans l’oeil du photographe

Vendu à un peu plus de 130 000 exemplaires depuis son lancement en 2007, l’Outlander a pleinement satisfait aux objectifs de Mitsubishi, en tout cas plus que ses deux clones français vis-à-vis de leur marque respective. Afin d’aborder sereinement sa deuxième partie de carrière, il arbore un nouveau faciès plus expressif inspiré du concept Outlander GT du salon de New York 2009. Sa calandre en trapèze inversée baptisée Jet Fighter, en référence aux avions de combat fabriqués par Mitsubishi, et son regard méchant lui confèrent une vraie personnalité. Voilà la seule véritable différence visible avec la première mouture. Les autres ne sont que détails. On notera simplement des inserts chromés çà et là pour une qualité perçue en hausse, des répétiteurs à Led sur les rétroviseurs et une longueur totale augmentée de 2,5 cm.

Vie à bord

Les autres changements les plus remarquables se trouvent dans l’habitacle où les habillages de la planche de bord et des contre-portes imitant le cuir démontrent une volonté de montée en gamme de la part de Mitsubishi. On notera aussi une nouvelle instrumentation plus sportive avec un affichage LCD en son centre. Dans l’ensemble la finition progresse mais certains plastiques durs déçoivent et ne sont pas du niveau d’un Volkswagen Tiguan par exemple. Spacieux et agréable à vivre, l’Outlander sait recevoir et le maintien de ses sièges s’avère excellent. On regrettera simplement que la troisième rangée de siège, à la mise en place fastidieuse, ne puisse accueillir que des enfants de petite taille dans un confort sommaire. Mais comme on dit c’est l’intention qui compte. Un dernier mot sur le coffre qui offre dans une configuration classique 5 places un volume conséquent de 774 L.

L’équipement

Le Mitsubishi Outlander est disponible en trois niveaux de finition : Invite, Intense et Instyle. Le premier offre de série la climatisation automatique, le régulateur de vitesse, les feux et essuie-glaces automatiques, les antibrouillards, l’autoradio CD MP3 avec prise auxiliaire et la sellerie semi-cuir. Le second propose pour 2 600 EUR de plus les radars de recul, le système audio Rockford Fosgate, l’installation Bluetooth, les feux xénon directionnels et la troisième rangée de siège. Enfin, la version haut de gamme (uniquement en 2.2 DI-D) rajoute la sellerie cuir, les sièges électriques et chauffants, la navigation, le toit ouvrant et la caméra de recul

Sous le capot

La gamme Outlander s’articule autour de deux motorisations diesel DI-D, un 2.0 L de 140 ch et un 2.2 L de 156 ch, toutes deux associés à la transmission intégrale. Essayé dans sa version 2.2 L, l’Outlander déçoit un peu par son manque de caractère. Sa puissance pourtant honorable et son couple de 380 Nm, ne lui permettent pas d’offrir des accélérations et des reprises transcendantes. En effet, il faut attendre 2 000 trs/min pour profiter du maximum de couple et encore 2 000 trs/min de mieux pour disposer de toute la puissance. Problème, son moteur s’essouffle vite ce qui réduit considérablement la plage d’utilisation. Attention aussi à ne pas trop monter en régime car le niveau sonore peut devenir gênant à la longue. On se consolera avec des consommations moyennes plutôt faibles pour la catégorie : 7,5 L/100 km lors de notre essai.

Outre un design remanié, l’autre nouveauté de cet Outlander phase II est l’arrivée de la boîte robotisée à double embrayage TC-STT (Twin Clutch-Sport Shift Transmission). Autant cette dernière s’était montrée décevante sur la Lancer Evolution, pas assez sportive, autant elle nous a convaincu sur l’Outlander collant parfaitement à l’esprit familial mais dynamique de l’auto. Rapide, souple et précise, elle égrène les rapports sans la moindre anicroche. Que ce soit en mode automatique ou manuel, sa prise en main est intuitive et son agrément certain. À noter qu’un sélecteur permet de choisir entre un mode Normal pour la conduite quotidienne et un mode Sport pour les sorties dominicales. C’est alors que les palettes situées derrière le volant trouvent tout leur sens même si la vocation de l’auto n’est pas à l’attaque. Petite précision, la boîte TC-SST est uniquement disponible sur la version haut de gamme 2.2 DI-D Instyle et demande une rallonge de 1 700 EUR.

Sur la route

Grâce à sa transmission 4X4, la version deux roues motrices disparaît, l’Outlander demeure un des véhicules les plus efficaces de sa catégorie et sa motricité difficile à prendre en défaut procure un sentiment de sécurité. Malgré un poids coquet de 1,7 tonne, il se joue des obstacles avec facilité. Son amortissement bien calibré lui évite de prendre trop de roulis tout en préservant le confort. Bien aidé par une direction au feeling impeccable, il sait faire preuve de précision même lorsqu’il est bousculé sur routes sinueuses et ses réactions sont prévenantes en toutes circonstances. À l’heure du bilan, ses bonnes prestations routières nous font une fois de plus regretter le manque de brio de sa mécanique.


En s’intercalant entre les gammes tourisme (Colt, Lancer, Grandis) et 4X4 (L200, Pajero), le nouvel Outlander prépare le terrain pour l’arrivée prochaine de son petit frère nommé pour le moment RVR. Et si son positionnement marketing est modifié, son esprit est conservé, ses qualités également : confort, polyvalence et excellente tenue de route. On saluera enfin l’agrément offert par la nouvelle boîte TC-STT. Côté tarifs, comptez 29 900 EUR pour l’entrée de gamme 2.0 L et 37 500 EUR pour le haut de gamme 2.2 L.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *