Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Opel GT : les tourments de l’égoïsme

Une ligne spectaculaire, un moteur puissant, un comportement enivrant, l’Opel GT est un engin dédié tout entier au plaisir de son propriétaire. Quitte à sacrifier le moindre aspect pratique au profit d’un caractère ludique complètement assumé.

Réminiscence du coupé Saturn Sky commercialisées aux Etats Unis, l’Opel GT est un engin à l’extrémisme réjouissant à l’heure du rationalisme automobile.

En effet, le roadster de la marque au blitz n’est pas sans rappeler la mythique Dodge Viper avec sa ligne pour le moins démonstrative, une similitude que l’on retrouve à l’intérieur avec l’imposant tunnel de transmission central doté d’un frein à main déporté à droite dudit tunnel. Vous l’aurez compris, l’Opel GT est du genre à épater la galerie et à afficher la couleur de ses 264 fougueux chevaux, et il n’hésite pas à s’affranchir de la moindre concession envers les aspects pratiques pour mieux faire montre de sa fonction première : le plaisir du conducteur.

Préhistorique sur les aspects pratiques.

Si vous êtes à la recherche d’un véhicule sexy et pratique, abandonnez tout espoir en pénétrant dans l’habitacle de l’Opel GT est fabriqué aux Etats Unis), l’ouverture du coffre possible uniquement depuis le boîte à gants ou la clé, ou encore le présence d’un miroir de courtoisie… côté conducteur seulement, tant pis pour la passagère.

Au volant : du plaisir.

Un fois au volant de l’Opel GT, les quelques défauts relevés précédemment apparaissent bien futiles. En effet, le roadster fait preuve de son brio une fois sur route en dispensant à son conducteur un plaisir de conduite certain. Doté d’une répartition des masses qui frise la perfection (51/49), l’Opel GT profite pleinement des 264 ch de son 2 l turbocompressé grâce à un châssis très efficace malgré quelques pertes de motricité corrigées par l’antipatinage, et une direction très directe. Les occupants apprécieront un réel (et étonnant) confort de suspension, beaucoup plus que les importants remous d’air présents à haute vitesse. Le freinage, efficace, aurait cependant mérité une meilleure endurance pour contenir le fougueux moteur emprunté à l’OPC. Celui-ci permet de belles performances (0 à 100 km/h en 5,7 s et 229 km/h en pointe) et offre un couple important dès les bas régimes. En revanche, la boîte de vitesse (au levier tombant idéalement sous la main du conducteur) pêche par sa lenteur désagréable.

Disponible au tarif canon de 31 400 euros et entièrement équipé (hormis la peinture métallisée et la sellerie cuir), l’Opel GT sait faire oublier ses quelques défauts grâce à un rapport prix/plaisir imbattable.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *