Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Renault Kangoo Be Bop : Distributeur de sourires

Phénomène encore récent mais grandissant, le ludospace s’est fait une place au soleil dans l’Hexagone. Pourtant, quand on regarde les forces en présence, entre les et autres , on ne peut pas dire que ce soit la franche rigolade. Mais apporte en ce début 2009 un vent de fraîcheur dans le segment avec une variante très spéciale de son Kangoo baptisée . Haut, court, coloré et surtout découvrable, le Be Bop fait s’écarquiller les yeux et déclenche les sourires. Attention, bonne humeur contagieuse !



Fortement inspiré du du salon de , le Kangoo Be Bop était une des vraies bonnes surprises du dernier . Avec moins de 4,0 m de long et un empattement réduit de 38 cm rapport à un Kangoo classique, le petit dernier ressemble à un gros jouet. Un gros jouet bien looké avec ses baskets aluminium 16 pouces de série, sa grande bouche, son mascara noir autour des yeux et son survet’ bicolore. Ce dernier d’ailleurs propose quatre variantes : orange-gris, blanc-gris, noir-gris et rouge-gris, les deux premières étant couplées à la finition intérieure Be Fun orange et bleu, les deux dernières à la finition Be Chic rouge et noir.

Mais la véritable particularité du c’est son toit arrière escamotable un peu à l’image du girafon de la 4L du pépé. Bien sûr les temps ont changé, l’élément est désormais vitré, se décroche manuellement depuis le coffre et coulisse vers l’avant. En plus de cette large ouverture vers l’extérieur, le Be Bop dispose d’une lunette arrière capable de disparaître totalement dans la porte du coffre soit à l’aide de la clé soit depuis le tableau de bord, d’un toit vitrée central fixe et deux petits toits ouvrants au-dessus des places avant. Le résultat est une impression d’espace vraiment agréable et un apport en air frais digne d’un cabriolet.

Une riche dotation de série

Une fois à bord, on domine la route et ce même à l’arrière car les assises sont surélevées de 9 cm par rapport à l’avant. La modularité est exemplaire, les sièges arrière sont issus du Scénic et sont déposables aisément ce qui permet de faire passer le volume du coffre de 174 à 1 462 L. Petit plus qui plaira aux enfants (aux grands aussi !) : la possibilité de monter par le coffre.

Pour le reste, le mobilier est identique à celui du de base, la finition est correcte et le levier de vitesse surélevé s’avère particulièrement pratique. Que l’on opte pour l’ambiance acidulée Be Fun ou plus sobre Be Chic, il fait bon vivre dans le Be Bop et l’équipement de série affiche complet : climatisation, feux et essuie-vitre automatiques, radio CD, rétroviseurs réglables et rabattables électriquement, ordinateur de bord, ne manquent que le et les radars de recul qui font partie de la liste des options.

Une gamme simple

La gamme a été simplifiée au maximum, seules deux motorisations sont disponibles pour une seule puissance : 1,6 16V 105 et dCi 105. Souple et silencieux, le bloc essence manque de panache dans les tours et peine à tracter les 1 400 kg de l’auto. Plus vaillante, la version diesel délivre des accélérations et des reprises satisfaisantes, mais s’essouffle rapidement au-delà de 3 000 trs/min. Toutefois l’agrément de conduite est bien supérieur et les consommations bien inférieures : 5,4 L/100 km en cycle mixte contre 7,7 L/100 km pour l’essence. Enfin, si le dCi est neutre sur le plan des émissions, le 1,6 16V tombe sous le coup d’un de 750 EUR. Dommage !

Côté comportement, le poids excessif pour une auto de cette taille et la hauteur de caisse (+ 2 cm par rapport à un Kangoo normal) concourent à une prise de roulis importante. L’efficacité n’est donc pas le point fort du Be Bop, mais il se rattrape avec une direction douce et précise, un freinage mordant issu du Scénic et un relatif confort.

Véhicule urbain de par sa taille, de loisirs de par son concept, familial de par sa modularité, le compile les avantages de plusieurs segments. Même si nous aurions aimé qu’il bénéficie d’un comportement dynamique plus travaillé, il s’avère être terriblement attachant, bien équipé et proposé à un tarif très attractif : 16 990 EUR en essence, 17 800 EUR en diesel.

Toutefois, au-delà de toutes ces considérations bassement matérielles, rarement une voiture d’essai nous aura autant attiré de sympathie et nous aura autant mis la « banane » ! Alors à Webcarnews, dans cette période particulièrement morose, on demande son remboursement par la Sécu comme antidépresseur !

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *