Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Renault Megane et Megane Coupé : troisième dimension

Lancée en 1995, la Renault Megane est l’une des étoiles du giron Renault. Véhicule le plus vendu en Europe sous sa seconde forme, elle revient sous un autre design, le troisième donc avec une véritable mission : se vendre au plus grand nombre.

Dans un segment C (berlines et monospaces compacts) de plus en plus concurrentiel, la Megane arrive avec un passé chargé. Ses versions I et II se sont écoulées à près de 8,5 millions d’exemplaires, et c’est donc avec une importance primordiale que se présente la nouvelle Megane troisième du nom. En plus la berline, nous avons pu aussi essayer le nouveau coupé, qui n’est plus un dérivé de la berline mais un véritable modèle à part entière, n’adoptant que 3 pièces communes, le capot, les optiques et les ailes latérales.

Design intérieur et extérieur

La berline entre donc dans un secteur chargé avec notamment la présence de la Peugeot 308, de la Golf VI, de la Citroën C4 ou encore de la Toyota Auris. Le coupé devra lui se frotter à des adversaires tout aussi coriaces, à savoir le Golf Scirocco, l’Opel Astra GTC, la Volvo C30 ou encore la très offensive Kia Pro cee’d. De ses générations précédentes, la nouvelle Megane présente une très élégante finition, ayant encore une fois mis l’accent sur les matériaux choisis. Renault n’est désormais plus très loin des meilleurs qui se situent outre-Rhin. Le poste de conduite a aussi subi des changements dans le bon sens. Il s’en retrouve plus ergonomique. Signalons sur le coupé de sièges avec un maintien latéral renforcé. Les compteurs retrouvent aussi une nouvelle jeunesse avec un élégant mélange d’analogique et de numérique qui les rendent beaucoup plus lisibles que précédemment. Autre atout dans la manche, le coffre est spacieux. Il offre 405L pour la berline, soit une augmentation de 23% par rapport à la Megane II alors que le coupé offre 377L, soit une des meilleures performances du segment.

Motorisations

Renault ne présente pas un véritable chambardement dans son offre de motorisations. Le constructeur au Losange distinguera par contre celles réservées à la berline et celles que le coupé recevra. Pour la berline, l’essence sera déclinée en deux motorisations, un 1,6L 16 soupapes de 110ch et la même motorisation roulant au bioéthanol. Côté diesel on retrouve cinq motorisation distinctes, dont quatre 1,5L dCi (85, 90 FAP, 105 et 110ch FAP) et un 1,9L dCi 130ch avec ou sans FAP. Le coupé accueille pour sa part le TCe 180ch d’origine Nissan et accueillera dès le printemps prochain les TCe 130ch (de provenance Nissan lui aussi) et le dCi 160ch. Parmi cette offre de moteurs, sept d’entre eux sont floquées du label Eco2 qui garantit un rejet de CO2 contenu et une consommation assez réduite (4,5L aux 100km pour le dCi 85 par exemple).

Sur la route

Renault nous a aussi confié que la direction électrique avait été conservée pour continuer à faire baisser le niveau de rejet de CO2, ce qui représente tout de même 4g de CO2 par km parcouru. Une décision qui aurait pu intervenir sur le ressenti au volant de cette Megane III s’en tire avec 5 étoiles et une note de 37/37.

Si la berline est déjà commercialisée aux tarifs offensifs allant de 18 400 à 23 600€, la Megane Coupé sera commercialisée en janvier prochain de 20 300 à 26 200€.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *