Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Renault Mégane IV 1.6 dCi 130 ch – On rejoue le match France/Allemagne

Note finale :
14 / 20

On sait déjà ce que vous allez dire, à chaque sortie d’une nouvelle compacte française, on vous rabâche la même chose : elle veut détrôner la VW Golf. Mais cette fois, on peut avoir quelques raisons d’y croire. Alors que le groupe allemand est empêtré dans son affaire de « diesels truqués », ses concurrentes n’auront peut-être pas une seconde chance pour lui mettre la tête sous l’eau. Cette 4ème génération de Mégane semble avoir, sur le papier, les arguments pour prendre la main sur le segment.

 

Fiche Technique

Carrosserie berline compacte
Nombre de portes/places 5 portes / 5 places
Dimensions L/l/h en mm 4359 / 1814 / 1447
Empattement en mm 2669
Volume du coffre en L 384
Poids à vide en kg 1318
Type 4 cylindres turbo dCi
Cylindrée en cm³ 1598
Puissance en ch 130
Couple en Nm 320
Transmission traction
Boîte manuelle 6 rapports
Vitesse maxi en km/h 198
0 à 100 km/h 10''0
Conso cycle mixte en L/100 km 4,0
Rejets CO2 en g/km 103
Prix (à partir de) 26 600 € (finition Zen)
Energie diesel
Puissance fiscale en CV NC
Bonus / Malus neutre
2015-RenaultMegane-90

Esthétiquement, surtout au niveau de l’éclairage avant et arrière, cette nouvelle Mégane se veut très proche de la récente berline Talisman

 

Une identité Renault bien installée

La nouvelle Mégane s’appuie sur le nouveau châssis modulaire CMF One de l’Alliance Renault-Nissan qui a déjà propulsé la carrière des Nissan Qashqai 2, Renault Kadjar ou encore Nissan Pulsar. Sans surprise, la nouvelle Mégane 4 gagne ici ou là quelques centimètres en longueur (+6cm), en largeur ou en empattement. On retrouve donc une compacte qui fait 4,36 m de long (+10 cm vs Peugeot 308) mais qui cache assez bien ses nouvelles proportions dans un dessin audacieux. Renault surfe sur le même style depuis le concept DeZir et on retrouve donc la « nouvelle » signature de la marque.

2015-RenaultMegane-45

Avec ses 4,36 m en longueur, + 6 cm par rapport à sa devancière, la Mégane 4 devance la Peugeot 308 de 10 cm.

 

La face avant est très marquée avec une généreuse calandre noire striée de chrome. Le losange est toujours aussi gros, et comme la Mégane est moins volumineuse que Espace ou Talisman, on a franchement l’impression qu’il est un peu disproportionné. Il ressemble à un gros bouton sur le visage d’un adolescent en pleine crise de puberté.

De profil, la Française affiche une posture très allemande, sa stature est valorisante et au moins aussi dynamique à l’arrêt que la Mercedes Classe A. La poupe est l’une des mieux dessinées du segment. La filiation avec la berline Talisman est franche et sans détour par la signature lumineuse identique proposée par les feux à leds à l’avant et à l’arrière avec effet 3D. On notera également la possibilité de « sportifier » un peu plus le tout avec un pack design GT Line (à partir de 1000 €).

2015-RenaultMegane-86

Plus confortable à la conduite, la nouvelle Mégane trompe son monde côté visuel. Rarement le design d’une Renault, dans un segment aussi important que celui des compactes, a affiché autant de caractère.

 

L’empattement allongé bénéficie surtout aux passagers arrière qui gagnent 20 mm de rayon aux genoux. Deux adultes trouveront beaucoup plus facilement leurs places sur la banquette que dans la précédente génération. Le coffre peut contenir 434 L de bagages. La Mégane 4 propose donc une habitabilité correcte mais qui est loin d’être la meilleure de la catégorie. Une Skoda Rapid ou une Nissan Pulsar sont bien plus accueillantes.

 

De la poudre aux yeux ?

Après avoir pris le volant des trois dernières nouveautés de la marque, cette remarque est inévitable. Renault communique énormément sur son bel écran tactile de 8,7 pouces installé en position verticale. C’est beau, ça fonctionne bien, mais combien d’acheteurs en seront réellement équipés ? L’erreur de Renault vient sans doute de réserver cet équipement à ses modèles dits « élites » Intens et GT.
Sur les niveaux inférieurs, la Mégane 4 rentre dans le rang en proposant comme tout le monde un écran 7 pouces en position horizontale. De là à penser que cet aménagement intérieur n’est qu’un argument marketing est un peu réducteur, mais la marque doit faire un effort pour que ce qu’elle inscrit dans sa nouvelle identité soit proposé au plus grand nombre, dès le second niveau de finition Zen au lieu du 4ème Intens. Peugeot l’a très bien compris sur sa 308.

2015-RenaultMegane-39

La présentation est soignée, surtout avec la tablette tactile, mais certains détails de finition sont encore en retrait. L’espace est confortable pour 4 adultes.

 
Sur notre voiture d’essai, le bloc compteur était composé d’une partie centrale avec écran TFT et de deux parties latérales classiques (avec des aiguilles donc). Une présentation reprise du SUV Kadjar. La partie centrale se révèle lisible et agréable. Mégane 4 peut recevoir en option un affichage tête haute en couleur. Certes nous sommes très (trop ?) exigeants avec cette Mégane sur le plan des équipements, surtout parce qu’elle manque de peu le sans-faute.
En effet, sa version cœur de gamme Zen est déjà très bien dotée avec notamment : climatisation bi-zone, alerte de franchissement de ligne, lecture des panneaux, feux de jours à Leds, carte mains-libres, feux adaptatifs, capteurs de pluie et luminosité, radars de recul, jantes alliage 16 pouces.

Une fois assis, on profite d’une bonne position de conduite et on se retrouve face à une qualité inégale pour les plastiques. Les parties supérieures sont remarquables de qualité avec de la matière moussée, bien formée et ajustée. Les parties basses au niveau des genoux nous replongent en revanche dans un univers dur et austère, quasi-indigne des prétentions de la voiture. Les passagers arrière sont encore moins bien lotis avec la présence de ce plastique dur et noir en masse.

2015-RenaultMegane-51

En gris, notre modèle d’essai muni d’un diesel 130 ch. En bleu, le modèle GT plus agressif, animé par l’essence TCe 200 ch et équipé des 4 roues directrices

 

A son lancement, Mégane 4 recevra quatre moteurs essence de 100 à 205 ch et trois diesel de 90 à 130 ch. Durant le premier semestre 2016, un dCi 165 ch viendra coiffer la gamme. Pour notre essai, nous n’avions pas le choix en diesel : dCi 130 ch et transmission manuelle à 6 rapports. On notera toutefois que Mégane 4 peut être équipée sur certaines versions d’une transmission automatique à double embrayage baptisée EDC (6 rapports en diesel et 7 en essence).

Avec ce moteur 130 ch diesel, le 0 à 100 demande 10 secondes et le 1000 m départ arrêté 31,5s. Le poids annoncé de l’ensemble est de 1318 kg. Ainsi, Renault avance une consommation moyenne de 4 ,0 L/100 km et 103 g/km. Notre parcours d’essai mixant autoroutes et petites routes assez vallonnées, mais évitant toute agglomération, a réclamé 6,2 L/100 km en moyenne. Au quotidien, on peut espérer passer légèrement sous les 6,0 L.
La Mégane 4 reçoit également le châssis adaptatif Multi-Sense qui va du mode conduite éco à dynamique en passant par normal et personnalisé. Cette technologie permet de faire varier les lois de direction, réponse accélérateur, cartographie moteur ou encore la réactivité de la transmission EDC. La nouvelle Mégane se passe en revanche des suspensions pilotées de la Talisman.

2015-RenaultMegane-91

Si le gros des ventes devrait se faire sur le diesel 110 ch, le seul diesel disponible au lancement avec la boîte double embrayage EDC, le modèle 130 ch offre un agrément intéressant.

Un niveau de confort étonnant

Les sensations de conduite sont bien entendues assez éloignées d’une GTi. Pour ce nouvel opus, on signalera un confort remarquable de roulement mais qui occasionne une prise de roulis certaine. Aussi ce roulis rend le train avant un peu fainéant sur les prises de direction rapides. Une Peugeot 308 (essayée sur les mêmes routes) semblait plus équilibrée, plus « facile ». Mégane 4 reste dans tous les cas une voiture sûre, car Renault a élargi les voies avant et arrière, mais qui adopte un positionnement légèrement différent de sa concurrente au lion. La VW Golf est également plus dynamique.

Renault assume clairement ce choix et l’a sans doute fait afin de mieux différencier les modèles de sa gamme. Une version GT 205 ch déjà très sportive est proposée avec le fameux châssis 4Control à 4 roues directrices, puis une RS se chargera de chasser le chrono.
Le moteur dCi 130 propose un bel agrément quotidien avec des reprises évidentes sur les rapports intermédiaires (3&4) grâce au couple de 320 Nm disponible très tôt. De toute façon, le maniement de la boîte de vitesses aux mouvements trop amples donne assez peu envie de tricoter avec le levier pour rétrograder. Ce dCi est plutôt bien élevé avec un niveau sonore contenu dans l’habitacle.

2015-RenaultMegane-96

Contrairement aux Golf et 308 qui ont fait le choix du dynamisme, et parfois de la fermeté, la Mégane privilégie clairement le confort. Comme quoi la suspension pilotée n’est pas obligatoire pour afficher cette qualité.

(images constructeur)

Post navigation

Autres essais de la rédaction

7 commentaires sur cet article
  1. Bonjour, Concernant la finition il va faloir que vous journalistes soyez plus précis. Car du plastique dur en partie basse, c’est 100% des compactes qui en ont. Alors qu’il soit noir c’est encore une ofis le cas les la très large majorité des cas. Maintenant la question est , est ce que vous reprochez aux compactes en général de ne pas être aussi bien dotées sur ce point que la catégorie supérieur, ou bien, c’est la qualité même du plastique du employé dans la mégane qui pose problème ? Ce plastique dur est il plus brillant, avec un grain moins valorisant que le plastique dur employé sur une 308 ou une golf ? Car oui la golf utilise presque aussi massivement du plastique dur en partie basse. Mais il y a plastique dur et plastique dur.
    Ce n’est pas Parce qu’il est dur qu’il est d’emblée mauvais, sinon la golf serait tout autant critiquée sur le sujet.

    Alors ?

    • Bonjour, tout d’abord merci pour votre message et votre fidélité. Vous avez raison, les plastiques durs en partie basse sont présents sur presque toutes les compactes. Ce qui est plus gênant c’est quand le discours marketing souhaite placer la Mégane en référence absolue du segment et que les prestations sont voulues au niveau du segment supérieur. Voilà pourquoi nous nous montrons peut-être plus critiques envers les matériaux employés.

      • Merci pour votre réponse, j’entends bien que l’on puisse être déçu par rapport au discours marketing. Cela dit, si n lit le test on se dit simplement que la finition de la megane est bof Car elle dispose de plastiques dur en partie basse. Mais si dans le même temps on dit que la finition de la golf est bonne alors qu’elle aussi dans l’absolu dispose de plastiques dur aux mêmes endroit, alors il en résulte un sorte de double discours qui manque de cohérence. Ce problème n’ets pas lié à voitures.com mais à l’ensemble de la presse du net et écrite.

        Après je concoit aussi que la finition d’une voiture est lié à plein d’autres détails, comme les ajustements, la présence de contour plastique qui cache la tôle des montants de portière intérieure (comme l’astra par exemple) mais quand il est question de finition 95% du temps il est question de la présence en tant que telle de ces plastiques dur gors comme toutes les compactes en ont cela ne peut pas être une critique objective.

        En revanche, il est possible qu’il y ait des différences de qualité de ces plastiques d’une compacte à l’autre , plus ou moins brillant, rayable etc. Mais comme ça n’est pas précisé, on ne peut pas savoir en quoi la critique est justifiée.

        Un exemple en passant, le moussé est considérer (en gros) comme l’alpha et l’oméga d’une bonne qualité perçue. C’est généralement vrai pour plusieurs raisons, mais dans le détail certains plastiques dur, peuvent avoir une qualité percue suppérieur à des plastiques moussés.
        Les contres portes d’une ausi A1 sont 100% en dur mais le grain et l’aspect très matte sont tel que le rendu visuel est top, de l’autre coté nous avons une ceed actuelle qui est largement recourvre de plastique moussé sur sa planche de bord, et bien malgré cela, ce plastique au grain plus large et moins détaillé et ce plastique pourtant souple est assez brillant, donne une qualité percue globalement inférieure.

        C’est pour cela qu’il serait judicieux, je pense d’éviter le raccourci plastique souple = bonne finition , plastique dur = bof, et approfondir un peu.

        Après il va en général de soit que sur la mégane par exemple la partie moussée du tdb offre un meilleur rendu que la partie dur, et globalement la voiture dispose d’un large partie moussée.

        Par contre on peut effectivement regretter que la partie suppérieur des portières arrières ne soient pas moussées à l’instar de l’astra K mais à la différence de la 308 (pour la golf je ne sais plus)

        Après la question pour laquelle les photos n’apporte pas toujours une réponse claire c’est es ce que les plastiques dur de la mégane sont plus ou moins grossiers que dans une golf ou une 308 ?

        • Beaucousin-Jamelin Vincent

          Bonjour Firebird2,

          je suis l’essayeur donc je vais tâcher d’éclairer mes propos sur ces plastiques durs.

          Renault a fait des efforts pour hausser le niveau, là où se pose l’oeil mais là où se pose le coude, là où le genou s’appuie pour le conducteur ces plastiques durs deviennent inconfortables là où les rivales de la Mégane ne le sont pas sur ces parties.

          Et je ne vous parle même pas des passagers installés à l’arrière qui ont le droit à ces plastiques très japonais et également très mobiles (double peine) partout !

          à votre disposition si vous avez d’autres questions,
          Vincent

          • Merci pour ces précisions, donc
            si je comprends bien l’apparence de ces plastiques dur n’est pas très bonne et en plus leurs ajustements sont mauvais

  2. La reference est la Leon et pas la Megane.

    Cette derniere est declassée, elle n’arrive pas au niveau d’une 308…
    Style pataud et discutable, plastiques cheap, perfs molles, conso normales sans plus.

    elle a juste un grand coffre et un bon reseau.

    • Voila qui sent le troll, déjà le plastique et le style du bas de pdb et des contres-portes de la leon, sont plus que criticables. C’est d’ailleurs ce qui me rebutte dans cette léon alors que j’aime beaucoup le reste.
      Ensuite tu l’as conduite, la mégane pour dire qu’elle est moins bien ?
      Que le style de la megane soit duscutable, oui comme tous les styles, mais qu’elle ait un style pataud, heu, la je ne vois pas.

Répondre à Beaucousin-Jamelin Vincent Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *