Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Seat Altea Freetrack XL : le plastique, c’est fantastique

Avec sa garde au sol rehaussée, le Freetrack XL de Seat se permet d’aller crapahuter sur les voies non carrossables. Sa transmission intégrale Haldex lui donne des ailes sur les chemins et profite même au comportement de l’Altea sur route.

Ce n’est pas la première fois qu’un constructeur propose un monospace compact tout chemin : Renault s’était déjà prêté à cet exercice avec le Scénic RX4 qui connut un succès mitigé. Aujourd’hui, malgré un précédent peu engageant, Seat propose son Altea XL Freetrack. Ce dernier ne manque pas d’atouts, avec en premier lieu un comportement qui bénéficie d’une transmission intégrale Haldex électronique qui profite largement aux prestations dynamiques de l’Altea.

Baroudeur de salon

En plus de sa garde au sol rehaussée de 40 mm, il fallait doter le Freetrack des atours de l’aventurier indispensables à sa nouvelle fonction de tout chemin. Seat a donc personnalisé l’engin, à l’intérieur et aussi dans l’habitacle. Et les designers ibères n’ont pas lésiné sur le plastique : élargisseurs d’aile, boucliers… En plus des jantes de 17 pouces et des emplacements d’antibrouillards plus imposants, le noir est omniprésent, c’est encore le meilleur moyen d’épargner la carrosserie des aléas du tout terrain. Cependant, le Freetrack demeure très vulnérable car, s’il ne cache rien de sa vocation, il ne s’en donne pas tous les moyens. Avec une garde au sol de 16 cm, elle n’atteint pas les 20 cm des SUV, et le sabot de protection factice ne fait que de la figuration.

Le Freetrack est bien plus convaincant dès que l’on s’intéresse à l’habitacle. Véhicule familiale, il propose de nombreux atouts : tablettes au dos des sièges avant, filet de séparation pour les bagages, rideaux pare soleil aux places arrière, le freetrack soigne ses occupants. On appréciera ainsi la console de toit offrant un écran 7 pouces TFT livré de série en plus de quatre rangements basculants. Son important volume de chargement et sa banquette arrière coulissante finiront de convaincre la famille : 490 l extensibles à 593, et 1 562 l une fois les sièges rabattus. Dans sa version Freetrack, l’Altea adopte du marron sur la planche de bord et les contre-portes. Egalement spécifiques, les sièges s’ont d’un dessin très sportif et assurent un excellent maintien. Détail qui mérite qu’on en parle : les pédales voient leur surface augmenter afin de faciliter la conduite avec des bottes.

Enthousiasmant 2.0 TFSi 200 ch

Le Freetrack peut être doté d’un 2.0 l TDi de 170 ch ou d’un 2.0 l TFSi de 200 ch. C’est cette dernière version que nous avons essayé. Accouplé à une boîte manuellle 6 vitesses, ce bloc délivre un couple généreux de 280 Nm entre 1 800 et 5 000 tr/min. Au volant, il distille un bel agrément de conduite, d’autant que la transmission intégrale Haldex profite au comportement de l’Altea. Ce différentiel hydromécanique piloté par électronique entre ne action sans intervention du conducteur et détourne la moitié du couple moteur vers les roues arrière en cas d’amorce de patinage. Sur routes sinueuses, ce dispositif permet au Freetrack d’être plus précis et dynamique que l’Altea XL et permet des remises de gaz franches et tôt en sortie de virage.


Un vrai plaisir sur route, et les performances appuient ce constat : 223 km/h en vitesse de pointe et le 0 à 100 km/h franchi en 7,5 s. Au chapitre des griefs, la consommation : environ 11 l/100 km, en raison notamment d’un poids conséquent de 1 500 kg. Le confort de suspension est pour sa part plutôt bon bien qu’un peu ferme, mais les mouvements de la caisse réhaussée sont bien maitrisés.

Seat ne compte pas écouler plus d’un millier d’exemplaires du Freetrack en 2008 malgré l’arrivée d’un TDi 140 ch au début de l’année prochaine et des sérieux atouts de l’engin. Avec une diffusion aussi restreinte, il aura du mal à combler le déficit d’image dont souffre l’Altea dans la gamme Seat dont les stars restent la Leon et l’Ibiza.

Seat Altea Freetrack 2.0 TSi 200 bvm6 4WD: 28 990 euros

Seat Altea Freetrack 2.0 TDi 170 bvm6 4 WD: 29 990 euros

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *