Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Seat Exeo : Vous me rappelez quelqu’un !

Dévoilée au dernier , l’ marque l’arrivée de sur le segment des berlines compactes. Une arrivée tardive mais express car sa mise au point n’a demandé que 23 mois. Les mauvaises langues évoquent une rebadgée, Seat parle plutôt de pragmatisme afin de répondre à une demande forte de montée en gamme de la part de ses clients. Qui croire ? Réponse en essai du côté de Marbella.



Avec 70 % de pièces communes avec l’Audi A4 d’ancienne génération, il est normal de retrouver les gênes de la berline aux anneaux dans la dernière production ibérique. Mais si la silhouette est identique, dans le détail l’Exeo affiche son côté latin notamment avec sa face avant inspirée de la dernière , symbole de l’« Arrow Design » si cher à la marque. Plus agressive avec ses larges entrées d’air et aussi plus volontaire avec ses sourcils froncés, l’Exeo risque pourtant de prendre rapidement un coup de vieux face à la concurrence. Toujours est-il que le style dynamique des productions habituelles Seat laisse la place à un esprit plus statutaire, plus en phase avec les goûts de la clientèle visée, une clientèle Seat qui désire monter en gamme et une clientèle d’autres marques habituée au premium.

Le positionnement commercial de l’ se retrouve donc à l’intérieur qui rappelle sans complexe sa cousine germanique. Le mobilier est strictement identique, des aérateurs jusqu’au volant. On notera simplement des habillages de portes et des sièges spécifiques à Seat. Mais cette parenté a finalement du bon, la qualité des matériaux et des assemblages ne se prête à aucune critique, le confort et l’ergonomie répondent aux standards allemands.

Côté équipement en revanche, la recette adoptée est espagnole avec une dotation de série baptisée Référence plutôt complète : climatisation bi-zone, ordinateur de bord, autoradio CD MP3 avec prise auxiliaire, 6 airbags, les vitres et rétros électriques et les antibrouillards. La seconde Style, facturée 1 725 EUR de plus, rajoute les feux et essuie-glaces automatiques, les radars de recul, le volant cuir multifonction, le système Bluetooth et les inserts intérieur bois.

Quatre autres finitions seront disponibles à partir du mois de juin : Sport, Sport Techside, Style Techside et Gran Via et proposeront selon les versions : , cuir, jantes 17 pouces.

Synergie de groupe

Outre la plate-forme et l’aménagement intérieur, la politique de groupe instaurée par permet également à l’Exeo de profiter des moteurs de dernière génération. Disponible en trois essence : 1,6 102 ch (juin 2009), 1,8T 150 ch et 2,0 TFSI 200 ch – et en trois diesel : 2,0 120 ch (octobre 2009), 2,0 143 ch et 2,0 170 ch, elle joue la carte de la performance et du tempérament. En témoigne le TFSI 200 ch dont nous avons pu pendre le volant, qui enchante par sa disponibilité dès les plus bas régimes et par sa vigueur à monter dans les tours. Les performances confirment tout le bien qu’on pense de lui : 241 km/h en pointe et un 0 à 100 km/h signé en 7 »3. De plus, son injection directe lui permet de contenir ses consommations en dessous de 8,0 L/100 km en cycle mixte.

Moins sportive mais tout aussi pertinente, l’offre diesel ne manque pas d’arguments, surtout en version 143 et 170 ch. Oubliez les injecteurs pompe si bruyants, la technologie common rail abaisse autant le niveau sonore qu’elle augmente la souplesse et le couple à bas régimes.

Sur la route, l’ibérique bénéficie des qualités routières de l’ L’amortissement ferme et le poids contenu (1,4 tonne) conditionnent une belle vivacité, la précision est au rendez-vous et ce malgré un léger manque de consistance dans la direction. De plus, le freinage ne manque pas de mordant et la tendance au sous-virage de l’auto compensera avec sécurité les excès de confiance.

Sans véritablement révolutionner le genre, l’ a le mérite de faire rentrer Seat sur le segment des berlines par la grande porte. Chic, bien finie, bien motorisée, rigoureuse, elle a opté pour ce qui avait de meilleur dans le groupe Volkswagen et illustre parfaitement l’intérêt d’une politique de groupe. Une politique qui prend tout son sens quand on se penche sur le tableau des tarifs : à partir de 25 050 EUR en TDI 143 et 25 830 en TFSI 200 ch. Prévue en concession le 26 mars, l’Exeo obtiendra le renfort d’une version break ST en juillet prochain.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *