Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Skoda Rapid Spaceback TDI 90 & TSI 105 – Catégorie espoir

Si elles offrent aujourd'hui des prestations équivalentes à la concurrence, les premières générations de Skoda Octavia et Fabia étaient très nettement en retrait de leurs rivales. La Rapid Spaceback, première compacte de la marque, part de beaucoup moins loin. Et malgré quelques lacunes (technologies, comportement), elle s'impose comme un futur espoir de la catégorie.

 

 

Finir l'année 2013 en positif de 3,1% (près de 370 000 voitures écoulées) sur un marché européen en baisse de 1,7 %, c'est déjà une performance. Il s'agit même d’une double performance pour Skoda qui signe ces chiffres sans une compacte dans sa gamme, alors même que cette catégorie draine 20 % des volumes en Europe (15% en France).

Les plus attentifs nous diront : « Et la Rapid ? ». En effet, son lancement remonte à fin 2012 mais nous leurs répondrons : « Une carrosserie tricorps, sérieusement ? ».

 

Face à des ultra-références, VW Golf et Ford Focus en tête, suivies de près par le trio français Renault Mégane/ Peugeot 308/ Citroën C4, Skoda avait besoin d’une silhouette deux volumes. Lancée récemment, la Rapid Spaceback comble le vide entre la citadine Fabia et une berline Octavia de plus en plus familiale. Ses rivales seront néanmoins à chercher du côté des outsiders : Seat Leon, Toyota Auris, Kia Cee'd et Hyundai i30.

 

 

Spaceback ou Sportback ?

A première vue, on ne peut pas dire que le design de la Rapid Spaceback soit bouleversant. Anguleux, juste ce qu'il faut pour être dans la tendance, il ne brille pas par son audace. Un classicisme, pour ne pas dire une banalité, qui selon Skoda tiendra mieux dans le temps.

 

Pourtant la dernière née de l'usine de Mlada Boleslav dispose d'un joker qui nous paraît indispensable, le Pack Style à 770 €. Comprenant un toit panoramique fixe et de nombreux éléments noirs comme les rétroviseurs, le fond des phares et le hayon, il fait ressortir sa silhouette étirée vers l'arrière un peu à la façon d'un break. Ainsi équipée, on lui trouve alors facilement des similitudes avec sa prestigieuse cousine aux anneaux, l'A3 Sportback.

 

Côté dimensions, la Tchèque est toujours aussi étroite qu'une citadine (1,70 m), mais elle a été raccourcie de 18 cm par rapport à la berline et cela profite à l'équilibre général des lignes. Pour mieux situer la Rapid Spaceback  en terme de gabarit : sa longueur (4,30m) et sa hauteur (1,46 m) sont celles d'une Renault Mégane.

 

 

Vie à bord  – une vraie Skoda

 

Skoda a beau se défendre de faire du low-cost, on sent bien que la marque n'a pas apporté le même soin à sa Rapid Spaceback qu'à sa dernière Octavia. L'ambiance à bord est très austère et les assemblages sont sérieux, jusqu'ici pas de surprise, mais les matériaux déçoivent. Durs, brillants, ils ne correspondent plus aux standards de la catégorie.

 

Dommage car l’ergonomie simple rend l'auto facile à appréhender et les rangements sont nombreux. Certains apprécieront aussi que Skoda ne se livre pas à une surenchère technologique sur sa compacte – pas de régulateur de vitesse adaptatif, ni éclairage intelligent ou système pour sa garer sans les mains – mais d'autres trouveront au contraire cela indigne d'une nouveauté de l'année.

On salue bien sûr l'espace généreux offert par cette Rapid Spaceback , dû en partie à son empattement identique à celui de la berline (2,60 m). Une habitabilité qui ne nous surprend pas compte tenu des bonne habitudes de la marque dans ce domaine, et un vrai avantage sur la concurrence.
Et côté coffre, avec 415 L (380 L avec roue de secours) elle tutoie la nouvelle 308, récente référence du segment avec 420 L.

 

 

 

Les finitions et leurs principaux équipements

 

  • Active : 6 airbags, ABS, ESP, climatisation manuelle, radio CD MP3, ordinateur de bord, banquette rabattable

  • Ambition (+ 1 595 €) : jantes alliage 15 pouces, antibrouillards, régulateur de vitesse, vitres AV/AR électriques, Bluetooth

  • Elegance (+ 775 €) : jantes alliage 16 pouces, climatisation automatique, radars de recul

     

Les options que nous conseillons vivement : le GPS au fonctionnement impeccable (à partir de 555 €) et les feux xénon à prix très doux (380 €)

 

 

Sur la route – Encore un petit effort

On aurait pu croire qu'en sa qualité de compacte, la Rapid Spaceback profiterait de la fameuse plate-forme MQB du Groupe VW. Sauf que c'est un privilège réservé à l'Octavia et elle doit se contenter de dessous moins récents, ceux de la Fabia et donc de la Polo. Skoda a néanmoins apporté quelques modifications suite aux nombreuses critiques formulées sur la Rapid tricorps.

 

La direction électro-hydraulique a avantageusement été remplacée par un système électromécanique plus précis et plus communicatif. Les suspensions profitent également de nouveaux réglages pour un meilleur maintien de la caisse et une filtration supérieure.

La Rapid n'offre cependant pas le dynamisme, ni même le confort d'une Octavia. Elle reste trépidante sur les bosses abordées à basse vitesse, elle est coupable de pompage à allure soutenue et son roulis reste prononcé en courbe

 

 

Les motorisations modestes du catalogue – trois essence TSI 85/105/122 ch et deux diesel 90/105 ch – apparaissent donc en accord avec ce caractère plus fonctionnel qu’émotionnel. Pour cet essai, nous avons eu l’occasion de mettre la main sur les version TDI 90 ch DSG7 et TSI 105 ch.


En diesel, la Rapid Spaceback délivre une saveur plutôt désagréable. Son 1.6L claque, gronde et sa boîte double embrayage (option 1 505 €) est étonnamment lente. De plus, elle fait inutilement grimper le moteur dans les tours ce qui n’arrange rien au niveau sonore. Dommage, car combiné au poids raisonnable de l'auto (autour de 1,2 tonne) ses accélérations et reprises (230 Nm) sont convaincantes. Même avec un modeste 90 ch diesel, la Rapid Spaceback offre déjà une belle polyvalence.

 

Notre préférence va pourtant une fois de plus au 1.2 TSI 105 ch. Convaincant quel que soit le modèle du groupe VW essayé, ce petit essence suralimenté fait la différence par son silence, sa vivacité et sa disponibilité. Sur ce dernier point, son couple de 175 Nm a beau être inférieur à celui du TDI 90, il est délivré sur une plage d'utilisation plus large. Sa consommation légèrement supérieure au diesel lors de notre essai – 6,9 L/100 km contre 5,5 L/100 km – reste pourtant raisonnable et se justifie pleinement par l'agrément.

 

 

Essai Skoda Rapid Spaceback – Bilan & tarifs

Sa silhouette à hayon est plus séduisante mais cette Skoda Rapid Spaceback ne nous a pas pleinement convaincu. Si son habitabilité peut faire référence chez les compactes, ses qualités routières et son accueil sont plutôt dignes du segment des citadines. Nous attendons donc beaucoup de la prochaine génération, une Rapid II qui connaissant Skoda sera au top de sa forme.

Fréquentable mais pas irréprochable, la Rapid Spaceback compense ses lacunes par des tarifs légèrement inférieurs à ceux de la concurrence (1 000 € à 2 000 € en moyenne selon les modèles):

 

–    à partir de 17 350 € en essence 1.2 TSI 85 ch finition Active

–    à partir de 19 095 € en diesel 1.6 TDI 90 ch finition Active

 

Le choix de Voitures.com : une version essence 1.2 TSI 105 ch finition Elegance à partir de 20 470 €

 

 

photos: constructeur

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *