Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Toyota Avensis : Bien sous tout rapport

Dévoilée au dernier , la troisième génération de la revient plus séduisante et plus efficace afin de conforter son succès dans le segment des familiales en Europe. L’Europe, c’est son coeur de cible, c’est pourquoi elle y a été conçue, mise au point et construite. Mais malgré toutes ces modifications, l’Avensis a-t-elle vraiment changé ? S’est-elle débarrassée du caractère sans saveur de la précédente mouture ? Réponse en essai.



Si sur le plan du style la deuxième génération avait donné du relief à l’, sa quête de statut l’avait malheureusement conduite à la banalité. La nouvelle version répare la faute et parvient en plus du modernisme à apporter du dynamisme à l’ensemble. Bien sûr, certains la trouveront encore trop fade et pas assez délurée, mais le coup de crayon est élégant et lui fait gagner en agressivité. Regard volontaire, boucliers enveloppants et silhouette plongeante vers l’avant, l’Avensis dévoile un nouveau visage plus conquérant. Même en break, la greffe du « sac à dos » à prise, l’équilibre général est conservé.

L’habitacle a fait lui aussi l’objet d’une refonte totale. L’ambiance est toujours un peu austère, heureusement que le gigantesque toit vitré de série de notre break apporte de la luminosité, mais la qualité perçue a fait un bon en avant. a beaucoup travaillé cet aspect et ça se voit, en témoigne l’élégant habillage de la console centrale qui imite le charbon de bambou. L’ergonomie n’a pas non plus été oubliée, toutes les commandes sont intuitives et tombent parfaitement sous la main. Malgré quelques petits détails moyens sur le bas de la planche de bord, la finition est de haut niveau, tout comme le confort grâce à des sièges au maintient et au moelleux excellents. Pour finir, l’espace à bord fait partie des meilleurs de sa catégorie, à l’avant comme à l’arrière. Dans le coffre, les bagages non plus ne seront pas serrés avec un volume de 509 L pour la berline, 543 voire 1 609 L pour le break.

Côté équipements, la nouvelle est disponible en quatre niveaux de finition: Active, Dynamic, Executive et Lounge. La climatisation automatique est de série sur tous, sauf sur le premier, même constat pour les feux et essuie glaces automatiques, le régulateur de vitesse, les vitres électriques à l’arrière et les antibrouillards. Pour accéder aux feux bi-xénon, à la sellerie cuir, aux sièges électriques et chauffants et au , il faudra recourir au Pack Luxe ou à la finition Lounge.

Nouveau châssis pour nouvelles ambitions

Avec une nouvelle plate-forme plus rigide et aux voies élargies, a voulu donner à son porte-drapeau plus de stabilité et plus de dynamisme. Mission réussie puisque l’Avensis brille par ses prestations routières. Les nouvelles suspensions réussissent parfaitement le compromis confort-efficacité, la précision est là, dans la direction également, et les réactions sont franches. Le roulis est quasiment inexistant malgré un poids supérieur à 1,5 tonne et les ardeurs sont calmées par un léger sous-virage plutôt sécurisant. Le freinage est quant à lui au dessus de tout soupçon. Une bonne base pour une version sportive.

En ce qui concerne les motorisations, le penchant de l’Avensis pour le diesel est marqué, un seul bloc essence au catalogue : un quatre cylindres 1,8 de 147 ch. Bien qu’il soit nouveau et pourvu en option de la nouvelle boîte automatique à 7 rapports Multidrive S, il comptera pour partie négligeable dans le volume des ventes.

En diesel en revanche , l’Avensis propose une gamme intéressante : un 2,0 D-4D de 126 et un disponible en version 150 et 177 ch. Éprouvées, ces mécaniques ont évolué pour voir leur couple augmenter en moyenne de 5 %, leurs diminuer d’environ 10 %, et se distinguent par leurs consommations maîtrisées. Équipé du 150 ch, notre modèle d’essai a fait preuve d’une belle santé. Souple et linéaire, il brille aussi par son silence de fonctionnement. Plus agréable que vraiment excitant, ce tempérament colle parfaitement au positionnement familial de l’auto.

À noter que cette version 150 ch peut recevoir en option une boîte automatique à six rapports inédite. Dotée du système AI-SHIFT qui gère le passage des rapports en fonction de la conduite, d’un mode sport et de palettes au volant, cette transmission est clairement tournée vers le plaisir de conduite. Plutôt curieux, sachant que la version 177 ch doit se contenter de la boîte manuelle.

Si la nouvelle ne révolutionne pas le segment, elle a le mérite de donner un vrai coup de jeune à un modèle plutôt fade jusque-là. Plus affirmée dans ses lignes, mieux finie et plus confortable, mais aussi plus dynamique sur la route, elle a semble-t-il atteint la maturité. Proposée à partir de 22 900 EUR en essence, 24 650 EUR en diesel (+ 1 000 EUR pour le break), l’Avensis se situe dans la moyenne de sa catégorie. Elle jouit en plus d’une réputation de qualité et de fiabilité rassurante. Le choix de la raison !

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *