Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Toyota Urban Cruiser : Comme son nom l’indique

Présenté au dernier Toyota sur le segment des véhicules de loisirs compacts. Dessiné en France et produit au Japon, ce crossover, à peine plus grand qu’une Yaris, a pour mission de remettre dans le droit chemin les anciens clients du Rav4 trois portes partis à la concurrence et de faire de l’oeil à ceux des monospaces compacts et citadines premiums. Pour cela il mise sur la polyvalence et sur des motorisations économes. Petite prise en main dans les environs de Lisbonne.



Réservé au marché européen, l’Urban Cruiser fait pourtant déjà carrière aux États-Unis sous le nom de Scion xD. Sans être aussi original qu’un Urban Cruiser arbore des traits volontaires, accentués par des épaules larges et hautes et par une faible surface vitrée. Des lignes pleines de caractère qu’il arrive à faire rentrer dans moins de 4 m de long et 1,72 m de large, ce qui est un atout en ville, son terrain de jeu favori.

Pourtant, malgré ce gabarit mesuré, il offre un espace de vie conséquent et ce grâce à un empattement généreux de 2,64 m. Quatre adultes pourront sans problème faire de longs trajets à son bord, seule la fermeté des assises pénalisera leur confort. Autre atout de cet Urban Cruiser, son volume de chargement honnête compte tenu de ses dimensions, 314 L, voire 749 L sièges arrière rabattus.

En ce qui concerne l’ambiance, on retrouve l’austérité typique des productions de la marque, mais les matériaux sont de qualité, l’emplacement des commandes bien pensé et l’instrumentation originale. De plus côté équipement, les deux niveaux de finition ne sont pas avares. Le premier baptisé Life offre la climatisation automatique, les vitres et rétroviseurs électriques, le volant cuir, l’autoradio CD MP3 avec prise auxiliaire, connectivité Bluetooth et commandes au volant, les antibrouillards, plus tout un package sécuritaire avec ABS, VSC, aide au freinage d’urgence et sept airbags. Le second – Lounge – propose pour 2 350 EUR de plus la sellerie cuir, les sièges avant chauffants, l’accès et le démarrage sans clé, les radars de recul et les rétroviseurs rabattables électriquement.



4X4 mais responsable

Disponible en deux et quatre roues motrices (uniquement en diesel), l’Urban Cruiser n’a pas séché les cours d’Stop & Start. À noter que les deux moteurs disposent d’un indicateur de changement de rapport au tableau de bord pour une conduite encore plus économe.

Souple mais plutôt poussif, l’essence peine à convaincre face à un diesel plus volontaire et coupleux et qui mène avec brio les 1,2 tonne de l’auto. Le petit D4D semble donc être le choix le plus pertinent.

Côté comportement, le crossover japonais affiche de belles aptitudes, ses dimensions contenues et sa direction à assistance variable lui permettent de se faufiler aisément en ville, son empattement long et son amortissement sérieux lui confèrent stabilité et précision sur route. Mais la véritable bonne surprise provient de sa transmission intégrale. Capable de répartir le couple jusqu’à 100 % sur les roues avant, elle garantit une motricité sans faille et une efficacité aussi plaisante que sécurisante. Toutefois, la garde au sol limitée rendra périlleuses les incursions hors du bitume et ce malgré la possibilité de verrouiller le couple à part égale sur l’avant et l’arrière.

Disponible en mai à partir de 19 500 EUR en essence deux roues motrices finition Life, le Toyota Urban Cruiser peut faire payer cher ses qualités, jusqu’à 25 000 EUR en diesel quatre roues motrices finition Lounge. Mais à ce prix-là on bénéficie d’un véhicule extrêmement polyvalent, économe, pratique et bien fini. Jouant à fond la carte crossover, il dispose d’un large public, allant de la jeune famille adepte du monospace compact aux actifs branchés SUV en passant par la fashionista à l’étroit dans sa Mini.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *