Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Volkswagen Golf Alltrack TDI 184 DSG – La Golf y va par quatre chemins

Note finale :
13 / 20

Avec cette Golf Alltrack, c’est au segment des breaks compacts à transmission intégrale que s’attaque le constructeur allemand. Après les carrosseries trois et cinq portes, la familiale Sportsvan, le break SW ou encore les versions électriques ou plug-in hybride, Volkswagen ajoute donc une nouvelle déclinaison à son modèle phare, une déclinaison avec un petit goût d’aventure.

 

Fiche Technique

Carrosserie break tout-chemin
Nombre de portes/places 5 portes / 5 places
Dimensions L/l/h en mm 4578 / 1799 / 1499
Empattement en mm 2630
Volume du coffre en L 605
Poids à vide en kg 1584
Type 4 cylindres turbo
Cylindrée en cm³ 1968
Puissance en ch 184
Couple en Nm 380
Transmission intégrale
Boîte automatique 6 rapports
Vitesse maxi en km/h 219
0 à 100 km/h 7''8
Conso cycle mixte en L/100 km 5,1
Rejets CO2 en g/km 132
Prix (à partir de) 37 320 €
Energie diesel
Puissance fiscale en CV 10
Bonus / Malus malus 150 €

DB2015AU00625_large

Même avec ses sabots de protection pour les soubassements, ses passages de roues protégés, ses bas de caisse façon aluminium et sa rehausse de 20 mm par rapport au break SW, la version Alltrack ne trompe personne. Il s’agit bien d’une Golf et c’est tant mieux car la clientèle visée ne veut pas forcément s’affiche au volant d’un SUV.
Une recette finalement déjà bien rodée au sein du groupe Volkswagen qui compte dans sa famille des breaks compacts baroudeurs les Skoda Octavia Scout (certes plus longue) et Seat Leon X-Perience.

 Rien en moins…juste de la polyvalence en plus

DB2015AU00620_large

Par rapport à un modèle SW standard, la Golf Alltrack est rehaussée de 20 mm

 

Dans l’habitacle, bien malin qui peut faire à coup sûr la différence entre ce modèle et n’importe quel autre pris au hasard dans la gamme. Basé sur celui de la finition Carat, le poste de pilotage en est en effet un strict copier-coller. Seule la sellerie (tissu-alcantara) est spécifique à la version Alltrack. Elle n’égaye malheureusement pas cet ensemble très austère mais participe à une qualité perçue, et réelle, faisant déjà référence.

L’équipement de série est particulièrement riche, avec un système multimédia complet doté d’un grand écran tactile et bien sur du GPS, l’accès et le démarrage sans clé, un régulateur de vitesse adaptatif, un radar anticollision…

md_db2014au01182_large

Seule la sellerie tissu/alcantara permet de distinguer la Golf Alltrack d’une Golf classique

 

Côté vie à bord et modularité, la compacité de la transmission intégrale Haldex permet de ne pas pénaliser le volume de chargement qui reste identique aux modèles deux roues motrices (605 L banquette en place) et les places arrière accueillent sans problème deux adultes de bon gabarit.

Pour donner des capacités tout chemin à la Golf SW, le constructeur allemand l’a donc dotée d’une transmission intégrale 4Motion basée sur un différentiel hydraulique Haldex de dernière génération.
Le principe de ce coupleur est de pouvoir transmettre instantanément aux roues arrière le couple moteur (jusqu’à 90 %) en cas de perte d’adhérence des roues avant, et ainsi de permettre à l’auto d’aborder ou se sortir de situations potentiellement embarrassantes pour une simple traction.

En plus de sa transmission intégrale, la Golf Alltrack bénéficie d’un programme d’évolution spécifique Offroad, accessible depuis le sélecteur de modes de conduite sur la console centrale. Ce dernier active des assistances supplémentaires, tel le contrôle de descente HDC que les amateurs de 4×4 connaissent déjà bien. Bref, la dénomination Alltrack ne se résume pas à un kit carrosserie.

DB2015AU00633_large

Un tout-chemin aux aptitudes surprenantes

Sur la route, la première remarque est guidée par l’oreille. Qu’on le veuille ou non, le bloc 2.0 L. TDI est sonore à l’accélération et à la relance, mais devient très largement supportable à vitesse stabilisée. Il se rattrape par une énergie communicative, les 184 ch et surtout les 380 Nm de couple sont bien présents.
La seconde provient de la boîte de vitesse à double embrayage qui équipe ce modèle et que nous avons trouvée parfois trop hésitante lors des passages de rapports à rythme soutenu, et ce tant en mode Sport que Normal.
Un défaut d’autant plus étonnant que Volkswagen maîtrise ce type de transmission depuis de nombreuses années, mais qui ne se manifeste réellement que dans certaines conditions de conduite très particulières et qui, quoi qu’on en dise, ne pose pas d’autre problème que celui d’un agrément un peu perturbé.

DB2015AU00627_large

A l’aise sur le bitume, la Golf Alltrack ne dit jamais non à une petite incursion dans les chemins

 

Si l’on occulte ce détail, la Golf Alltrack affiche un dynamisme et une agilité tout à fait satisfaisants. A l’image de ses cousines Octavia Scout et Leon X-Perience, son centre de gravité plus haut perché ne semble pas l’affecter. En cela, elle affiche un comportement routier plus efficace que n’importe quel SUV comparable, y compris le Tiguan.

En mode tout chemin, même avec notre monte pneumatique routière 17 pouces de série (Goodyear Efficient Grip) c’est un sans faute. Aucun des terrains glissants auxquels nous l’avons mesurée ne lui a posé de véritable problème. Pentes, côtes et dévers les plus raides, de même que les croisements de pont (raisonnables) sont avalés avec une facilité déconcertante.
Si elle n’était pas pénalisée par des angles d’attaque et de fuite bien inférieurs à ceux d’un SUV, on l’imaginerait alors grimper aux arbres.

Au chapitre économique, les 132 g de CO2 par kilomètre rejetés par cette version TDI 184 ch sont pénalisés par un léger malus de 150 €. Un résultat acceptable si l’on considère à la fois l’agrément offert par la mécanique et la polyvalence apportée par la transmission intégrale.

Côté consommations, la fiche technique revendique 5,0 L/100 km en moyenne. De notre côté nous avons relevé environ 7 L en conduite normale, et 9 litres à l’ordinateur de bord après une session de conduite plutôt sportive, ce qui demeure finalement raisonnable.

DB2015AU00635_large

(images constructeur)
Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *