Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Avec Voitures.com réservez facilement votre essai près de chez vous

Essai Volkswagen Passat CC : l’anti- CLS

À ceux qui n’auraient pas les moyens de s’offrir la sublime Passat CC. Si son nom évoque un coupé- cabriolet, elle est en fait une version coupé quatre portes de la berline, CC voulant dire Coupé Confort. Ça va, vous suivez ? Plutôt banale en berline, la Passat se fait séductrice en CC. Certes elle ne possède pas des mécaniques aussi puissantes que sa compatriote à l’étoile, mais ses tarifs sont très inférieurs et ses faux airs de sportive lui promettent un beau succès. C’est dans sa version de base, équipée du 1,8 TSI de 160 ch, que nous avons voyagé !



Plus longue et plus large de 3 cm par rapport à la berline, la Passat CC est aussi plus basse de 5 cm. Ces nouvelles côtes, associées à des voies élargies de 11 mm à l’avant et de 16 mm à l’arrière, lui confèrent une allure racée, impression renforcée par les nouvelles jantes 17 pouces en forme de turbine. La faible surface vitrée et la haute ceinture de caisse matérialisée par le pli de tôle qui court des feux arrière aux ailes avant apportent beaucoup de fluidité à l’ensemble. Véritable réussite stylistique, la Passat CC n’a pas à rougir face à la CLS, référence et première du genre dans le domaine des coupés quatre portes.

L’autre élément très réussi dans cette nouvelle Passat CC, c’est l’habitacle. Décorée de plaquages alu et bois, la planche de bord de notre modèle d’essai n’est pas aussi austère que ce que l’on rencontre habituellement dans les productions de la marque. La finition elle, est exemplaire avec des matériaux souples et aussi agréables à l’œil qu’au toucher. Ensuite question confort, on peut dire que cette nouvelle Volkswagen sait recevoir. Les sièges avant Sport offrent un maintien irréprochable et leurs multiples réglages, comme les coussins gonflables du dossier et de l’assise, permettent de trouver une position parfaite. Les deux passagers arrière, la Passat CC est une quatre places, ne sont pas en reste puisqu’il disposent de deux assises distinctes d’un très grand confort. L’espace est généreux autant pour les jambes que pour la tête.



Enfin côté équipements, cette Passat propose trois niveaux de finition : CC, Carat et Carat Edition, la première proposant de série la climatisation Climatronic, le volant cuir multifonctions, l’allumage automatique des feux, l’autoradio CD GPS sont eux, l’apanage du troisième niveau de finition.

À noter au chapitre des options, le système de surveillance de trajectoire « Lane Assist », très utile en cas de somnolence. Facturé 555 €, cet équipement de sécurité surveille, à l’aide d’une caméra, les changements de voies sans clignotant en alertant le conducteur par des signaux visuels et sonores. Au besoin, il corrige même la trajectoire.

Presque sport

L’offre Passat CC se compose de cinq motorisations, trois essence de 160, 200 et 300 ch, et deux diesel de 140 et 170 ch. C’est la version 160 ch que nous avons eu l’occasion d’essayer. Creux en dessous de 3 000 trs, ce quatre cylindres 1,8 L turbo à injection directe fait preuve d’une belle vivacité au-delà. Bien secondé par une boîte manuelle à six rapports, douce et précise, ce bloc autorise des reprises étonnement franches compte tenu des 1 430 kg de la belle. Dommage que la sonorité soit si quelconque ! Même si ce 1,8 TSI s’est montré convaincant, il semble que la V6 3,6 de 300 ch soit le moteur le plus adéquation avec le caractère de l’auto.

Côté comportement, la Passat CC profite pleinement de ses voies élargies avec une tenue de cap exemplaire et une prise de roulis mesurée. Typées confort, les suspensions absorbent sans broncher les aspérités de la route sans pour autant générer des mouvements de caisse importants. Grande routière, la Passat CC l’est assurément, mais elle n’a rien contre une petite ballade musclée. Bien sûr ce n’est pas une sportive mais sur routes sinueuses, l’amortissement piloté DCC, en option, se révèle bien utile puisqu’en mode Sport il diminue l’assistance de la direction et agit sur la fermeté des suspensions, le tout pour une plus grande efficacité. Quant au freinage, il offre puissance et endurance.

Proposée à partir 28 950 € en version 160 ch, la Passat CC atteint 46 150 € en version 300 ch. Certes c’est une somme, surtout en ces temps difficiles, mais elle s’impose comme une alternative intéressante à la coûteuse Mercedes CLS et aux berlines traditionnelles plus classiques. Style soigné, intérieur luxueux, prestations routières de haut niveau, ne lui manque plus qu’une déclinaison vraiment sportive pour se faire une réputation.

Post navigation

Autres essais de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *