Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Peugeot Onyx – Une voiture de course déguisée en concept

Après l’annonce hier d’un concept au Mondial à la fin du mois, Peugeot publie aujourd’hui les caractéristiques du spectaculaire coupé Onyx. S’inscrivant dans une longue lignée de supercars restées à l’état de concept, Onyx est une véritable voiture de course : structure et carrosserie carbone, suspensions in-board et surtout un V8 diesel de 600 ch emprunté à la 908. Il va y avoir du monde sur le stand Peugeot !

Quasar, Proxima, Oxia, 907, la liste des études Peugeot sur une voiture hautes performances est longue et l’Onyx viendra s’y ajouter lors de sa présentation Porte de Versailles. Alors que beaucoup de constructeurs ont renoncé à ces show-car onéreux, Peugeot, malgré ses difficultés financières, a tout de même voulu se faire ce petit plaisir. Un plaisir partagé puisque les données techniques de l’Onyx mettent vraiment en appétit.
Agressive mais pas torturée, la silhouette d’Onyx évoque la vitesse et l’aérodynamique. Les lignes sont pures, une volonté assumée afin de mettre davantage en valeur les matériaux nobles utilisés. En effet, Les parties noires sont en carbone recouvert d’une peinture mate, les ailes et les portières, elles, ont été façonnées à la main dans une feuille de cuivre brute censée se patiner avec le temps. On remarquera aussi les petits clins d’œil à la gamme actuelle comme le toit à double bossage façon RCZ ou encore les feux arrière à trois griffes vus sur les derniers modèles de Sochaux. Enfin côté dimensions, Peugeot a privilégié la compacité avec 4,65 m en longueur, 2,20 m en largeur et une hauteur de seulement 1,13 m.


Du feutre et du cristal à l’intérieur


L’habitacle n’est pas en reste car une fois les portières ouvertes selon une cinématique complexe, on découvre une ambiance là aussi très épurée. Les designers ont voulu faire la part belle à des matières respectueuses de l’environnement à l’image des inserts décoratifs en bois fabriqué à partir de journaux recyclés. Mais le plus étonnant reste ce drap de feutre d’une seule pièce qui recouvre tout l’habitacle en servant à la fois d’isolant thermique et phonique. On notera aussi l’absence de sièges, ces derniers ayant été moulés dans la coque en carbone sur laquelle repose la voiture. Seules des pièces de mousse viennent assurer le confort des deux occupants. Devant eux, le mobilier est un hommage au savoir-faire artisanal avec des pièces de carbone et d’aluminium et, plus surprenant encore, le réservoir apparent de la voiture réalisé en cristal par un maître-souffleur et qui fait office de tunnel central. Le pilote a quant à lui droit à un volant digne de la F1 et les informations vitales de la voiture lui sont transmises via une visée tête haute.  


Un cœur de 908


A l’inverse de nombreux concepts qui ne sont que des coquilles vides destinées à en mettre plein la vue, les aspects techniques de l’Onyx sont au moins aussi intéressants que ses aspects visuels. Reposant sur une coque en carbone pesant une centaine de kilos, la supercar au lion est une véritable voiture de course. Son moteur est boulonné à même la coque et elle reçoit une suspension in-board, une technique utilisée en compétition pour diminuer le poids des masses suspendues. Et son âme n’est autre que le V8 HDI 3,7 L de la 908 HDI HY qui devait courir le Mans avant que le programme Peugeot en endurance soit interrompu. Associé à une boîte séquentielle à 6 rapports, il délivre 600 ch sur les roues arrière, voire 680 ch grâce à l’apport supplémentaire du système Hybrid4 qui récupère l’énergie des freinages et la restitue lors des fortes accélérations. Avec seulement 1 100 kg sur la balance, le concept Onyx promet des performances dignes des meilleurs supercars de la planète.

La question que tout le monde se pose à présent : quel avenir pour l’Onyx ? Vraisemblablement aucun si l’on prend en compte la situation du Groupe PSA qui a certainement des projets bien plus urgents à mettre en place que le développement d’une supersportive. Onyx devrait ainsi rejoindre la GT by Citroën (Mondial 2008) dans le grand musée des belles promesses.


Post navigation

2 commentaires sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *