Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Renault et le sport – Un futur prometteur pour Alpine et Gordini

C’est officiel depuis le début de la semaine, Renault a confirmé la renaissance de la marque Alpine sous la forme d’un accord industriel avec l’artisan britannique Caterham. Malgré la présence dans la gamme Renault de trois modèles siglés RS, la marque a décidé de prendre la question du sport à bras-le-corps et pourrait également donner une nouvelle orientation à la griffe Gordini.

Depuis 1995 et la production de la dernière A610, les amateurs d’Alpine rongeaient leur frein en vivant au gré des annonces plus ou moins fantaisistes du retour de la griffe crée par Jean Rédélé en 1955. Mais la présentation du concept A110-50 au printemps, une Renault DeZir peinte en bleue célébrant les 50 ans de la Berlinette, a accéléré les choses et d’ici 3 à 4 ans une nouvelle Alpine devrait voir le jour. Il s’agira d’un modèle à part entière au poids contenu, non une Renault modifiée, et dont la puissance tournerait autour des 250 ch. Vraisemblablement concurrent de machines à sensations type Lotus Elise ou future Alfa Romeo 4C, elle serait commercialisée aux environs de 35 000 €. Pour le moment Renault n’en dit pas plus sur les caractéristiques et le positionnement de l’auto, ni même sur son nom, mais la présence dans la boucle de Caterham augure d’une auto au tempérament vraiment sportif.


En effet, le petit constructeur anglais qui utilise des moteurs Renault en F1 vient de prendre 50% des parts des Automobiles Alpine Renault dont la clé de voute est l’usine historique de Dieppe. L’intérêt pour Renault est de disposer du savoir-faire de Caterham dans les petites séries, on parle ici d’un millier d’unités par an, et de maintenir l’emploi à Dieppe. Pour Caterham, grâce à l’appui d’un grand groupe comme Renault c’est l’opportunité de sortir de la monoculture de la Seven en produisant un nouveau modèle plus civilisé qui partagera ses dessous avec la future Alpine mais disposera d’un design distinctif.  Enfin, histoire de donner encore plus de crédit à l’affaire, Renault a nommé Bernard Ollivier, ancien Directeur de Renault Sport Technologies, afin de piloter le projet. Il faudra bien entendu attendre la sortie de la nouvelle Alpine en 2015 pour juger sur pièce mais ces deux décennies d’attente pourraient être justifiées.

 


Gordini: le retour 2

L’autre emblème du sport automobile tricolore qui pourrait retrouver des couleurs dans les prochaines années c’est Gordini. Opération marketing mal orchestrée depuis son retour en 2010, Gordini n’est en fait qu’une finition exclusive des modèles R.S et de quelques Renault dont certaines carburent au diesel. Décevant et vécu comme un affront par les nostalgiques des coupes R8 et R12, ce retour devrait prendre une nouvelle tournure comme l’a indiqué Carlos Tavares, numéro 2 de Renault et grand passionné de sport auto.
En effet, Gordini pourrait prochainement désigner des voitures un cran au-dessus des Renault R.S en matière de performances et à fort potentiel sur piste. Il pourrait s’agir de modèles de route dérivés de voitures de course Renault qui permettrait aux amateurs de track days d’évoluer sur circuit le week-end. Un retour aux sources en quelque sorte pour Gordini ! Là encore nous attendons avec impatience leur sortie pour évaluer la pertinence du projet.


Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *