Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

Salon de Genève 2013 – LaFerrari – La remplaçante de l’Enzo délivre 963 ch !

Une fois encore Ferrari vole la vedette à tous les constructeurs au Salon de Genève en présentant sa nouvelle supercar baptisée modestement LaFerrari. Dix ans après l’Enzo, la firme de Maranello pousse le concept encore plus loin avec une voiture de 963 ch équipée d’un moteur hybride et employant toujours plus de technologies issues de la F1.

Voulu par le patron de Ferrari en personne, Luca Di Montezemolo, le nom de la LaFerrari est certes très présomptueux mais donne une idée assez précise du travail effectué par la marque sur son nouveau bijou limitée à 499 exemplaires. En effet, LaFerrari représente tout le savoir-faire de la maison au cheval cabré poussé à son maximum. Dessinée en interne et non par Pininfarina, celle qui portait jusque-là le nom de code de F150 combine un moteur V12 atmosphérique de 6262 cm3 (celui de la F12 Berlinetta) porté à  800 ch et un moteur électrique de 163 ch pour une puissance totale de 963 ch et un couple maximum de 900 Nm. La McLaren P1 (916 ch) en est déjà dégoutée et la Porsche 918 Spyder (795 ch) est prête à s’ouvrir les durites ! Puisant dans son expérience de la F1, Ferrari livre avec LaFerrari son premier modèle hybride qui par rapport à une Enzo de 660 ch affiche une consommation en baisse de 40 % et des émissions de 330g/km contre 545 g/km pour sa devancière.
Baptisé HY-KERS, son système hybride est constitué de deux blocs électriques, l’un agît sur les roues motrices et l’autre sur les périphériques, et d’un système de récupération d’énergie très évolué qui entre en action au freinage mais recharge également la batterie grâce à l’excédent de couple du V12 dont le régime maxi dépasse les 9 000 trs/min. En revanche la recharge sur secteur et le mode tout électrique sont aux abonnés absents. Côté transmission, c’est la boîte F1 double embrayage à 7 rapports qui assume la lourde tâche de transmettre la charge au seul train arrière. Quatre disques en carbone-céramique de près de 400 mm de diamètre se chargent de ralentir la bête.
Les chiffres annoncés par LaFerrari donnent le tournis avec une vitesse de pointe supérieure à 350 km/h, moins de 3’’0 au 0 à 100 km/h, moins de 7’’0 au 0à 200 km/h et seulement 15 petites secondes pour franchir la barre des 300 km/h. Encore plus parlant pour les tifosis, LaFerrari boucle un tour de la piste de Fiorano en 1’20’’ soit 5’’0 de mieux que l’Enzo et 3’’0 de mieux que la F12 Berlinetta.


Un poids identique à l’Enzo malgré le système hybride

Au chapitre du poids, la belle italienne a su se maintenir en bonne forme avec une masse équivalente à l’Enzo (environ 1 400 kg) et ce malgré les 150 kg du système hybride. Il faut dire que le carbone est omniprésent dans sa conception, tant en carrosserie qu’en châssis où pas moins de quatre types de fibres sont utilisés.
Enfin côté style, difficile de rester de marbre face à l’agressivité de LaFerrari dont les lignes ont été dictées par le vent. Fruit d’un travail poussé en soufflerie, son nez tout d’abord évoque indéniablement la F1, il est équipé de volets actifs tout comme le diffuseur arrière, ses ailes sont sculptées de façon à canaliser l’air et sa poupe est surmontée d’un aileron mobile. Savant mélange entre l’Enzo et la 458 Italia, la nouvelle supercar de Maranello affiche des dimensions plutôt compactes avec 4,70 m en longueur, un empattement de 2,65 m et seulement 1,11 m en hauteur. Presque aussi désirable à l’intérieur qu’à l’extérieur, LaFerrari mise sur une ambiance racing et épurée avec la majorité des commandes regroupées sur le volant. Carbone, cuir et alcantara forment le trio retenu pour animer son habitacle, un habitacle validé par Fernando Alonso et Felipe Massa notamment au niveau de la position de conduite. Notons à ce propos que le siège conducteur de LaFerrari est fixe et que ce sont la colonne de direction et le pédalier qui s’avancent vers le conducteur afin d’accentuer l’impression de conduire une monoplace.

Les premiers exemplaires de LaFerrari seront livrés courant 2013, chacun étant facturé 1,2 million d’euros. Inutile de vous précipiter dans la concession Ferrari du coin, il se murmure que la marque aurait déjà reçu deux fois plus de commandes fermes que d’unités prévues. 


Post navigation


Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *