Bienvenue sur le Guide Comparateur Auto
Echanger Comparaison

Léa Picosson

WTCC : Gabriel Tarquini (Honda) s’exprime avant Marrakech

 

Après avoir participé aux trois courses finales du WTCC 2012, le Castrol Honda World Touring Car Team a entamé sa première saison complète par l’épreuve de Monza, courue le mois dernier (les 23 et 24 mars).

Malgré les conditions météo exécrables durant cette première course, Gabriele Tarquini et Tiago Monteiro ont terminé respectivement 4e et 5e au volant de leur Civic WTCC.  Dans la deuxième manche, Tarquini a fait mieux encore : en luttant comme un lion, il a terminé troisième malgré un départ arrêté. La Civic WTCC, toute neuve et encore en rodage, a réussi deux podiums en seulement quatre manches! «J’ai vraiment été surpris que la Civic se comporte aussi bien sur une piste  détrempée, d’autant plus que nous n’avions jamais pu tester la voiture dans de pareilles conditions», expliquait le pilote italien, particulièrement satisfait à l’issue de cette première expérience difficile.

«Certes, mon plus grand atout – surtout lorsque je suis opposé à un camarade d’écurie plus jeune comme Tiago – réside dans ma longue expérience. Ils n’ont eu cesse de vérifier cette expérience : j’ai accumulé  les kilomètres, encore et encore, j’ai gardé le rythme et suis en mesure de signer des chronos » explique Tarquini en riant. « Mon expérience était également utile à Monza, avec cette pluie qui ne cessait de tomber. La visibilité était quasiment nulle, il y avait beaucoup d’eau sur la chaussée et le simple fait de vouloir rattraper ou dépasser un concurrent était très risqué.»

Cette expérience, Tarquini l’a acquise durant les douze saisons courues au sein des compétitions internationales de voitures de tourisme avec 37 victoires et un titre de Champion du Monde. Par une telle expérience, on comprend qu’à 50 ans, l’ex-champion du monde ait séduit le Castrol Honda World Touring Car Team.- Certains liens étroits avec l’équipe nippo-italienne, gérée par Alessandro Mariani et Maurizio Ambrogetti, ont également joué leur rôle.

«J’ai l’impression d’être revenu à la maison, dans ma douce demeure !» dit en souriant Gabriele en commentant son arrivée au volant de la Honda Civic WTCC «made by JAS». «Il y a plus de douze ans qui se sont écoulés depuis que j’ai eu le plaisir de travailler avec J.A.S. Néanmoins, je connais encore tout le monde – je connais leur manière de travailler et je ne dois pas m’interroger pour savoir qui fait quoi. Nous parlons la même langue: c’est très important en vue d’une bonne relation de travail et pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés.»

Rappelons que Tarquini peut se targuer d’un total de 38 départs en Formule 1. Toutefois, avant de s’attaquer au sport motorisé, l’Italien avait envisagé une carrière entièrement différente.

«Vous aurez peine à me croire, mais avant de devenir pilote professionnel, je m’étais préparé en vue d’une carrière de juriste!» explique Tarquini dans un éclat de rire. «J’ai toutefois réalisé que mon cœur battait pour la compétition et j’ai arrêté mes études pour me concentrer sur ma carrière sportive, d’abord en F3000, puis en Formule 1.»

S’en est suivi une relation longue et fructueuse avec J.A.S. et Honda.

«Le fait de retrouver un volant en tourisme après la F1 et de devenir Champion de Grande-Bretagne en tant que pilote italien s’est fait naturellement. C’est ce qui explique pourquoi j’ai conduit pour la première fois pour J.A.S. dans l’ITC, le DTM aux couleurs plus internationales. Une année plus tard, Honda m’a proposé le volant d’une Honda Accord engagée dans le BTCC, le British Touring Car Championship puis, par la suite, j’ai accédé au STW Cup allemand.»

Quant aux relations entre J.A.S. et Honda, elles remontent à 1998, lors de la collaboration avec le motoriste dans le cadre du Championnat d’Allemagne avec Gabriele Tarquini au volant. En 2001, Tarquini avait remporté non moins de neuf épreuves à bord de la Honda Accord engagée par J.A.S. dans le FIA European Super Touring Cup – devenu plus tard le FIA ETCC, qui allait se transformer à partir de 2005 dans le WTCC actuel.

L’observateur averti aura également découvert un tout jeune Tarquini assis au volant d’une Alfa Corse à Monza – en 1987, année où démarrait le premier Championnat du monde des voitures de Tourisme. Durant cette même année, Gabriele débutait en Formule 1 avec l’équipe italienne Osella en se mesurant à des légendes du volant comme Nelson Piquet, Nigel Mansell et Ayrton Senna. Vingt-six ans plus tard, il est l’un des rares pilotes de compétition dans le monde à toujours exercer au plus haut niveau du sport automobile. A Monza, il a démontré une fois de plus qu’il était dans le coup…

«Tout est dans la tête, entre les deux oreilles» explique Gabriele en gloussant. «Le seul écart qui sépare le Tarquini des débuts du Tarquini d’aujourd’hui est qu’il n’y a plus cette pression supplémentaire pour une victoire acquise à tout prix. Par là, je ne veux pas dire que je ne m’implique pas jusqu’aux extrêmes limites – néanmoins, une victoire de plus ou de moins ne déterminera pas ma carrière».

A la pluie italienne succède le soleil de l’Afrique du Nord, la caravane du FIA WTCC se déplaçant sur le circuit routier de Marrakech au Maroc, pour la deuxième ronde du Championnat du Monde.

«Ce sera un week-end chaud, au propre comme au figuré. La température peut monter jusqu’au 26° C – mais avec ses deux longues droites, des chicanes à la fois rapides et traîtres, les murs qui entourent le circuit aux courbes pavées, ce sera une course torride. Et ces margelles des rues de Marrakech ne peuvent se comparer à celles que nous connaissons sur les circuits traditionnels: il s’agit plutôt de ressorts qui font littéralement sauter la voiture en l’air.

Avec une seule semaine qui sépare les courses de Monza et de Marrakech, il ne reste pas beaucoup de temps pour améliorer la vitesse de pointe de la Civic. J’ai pourtant déjà gagné à Marrakech et je connais bien ce circuit.

En se fondant sur notre expérience, notre première tâche dans ce second round est de glaner des points afin de pouvoir conserver la tête du Championnat. Dans les coulisses, l’équipe continuera de développer la Civic et s’ils y arrivent, alors nous pourrons nous battre pour le titre.»

Gabriele Tarquini, Tiago Monteiro et tout le Castrol Honda World Touring Car Team sera à l’œuvre les 6 et 7 avril dans les rues de Marrakech pour le second volet du Championnat du Monde des voitures de tourisme FIA.


Les prochaines épreuves du FIA WTCC 2013

06-07        avril 2013        Marrakech (Maroc)        Manches 03 et 04
28-29        avril 2013        Slovakia Ring (Slovaquie)        Manches 05 et 06
04-05        mai 2013        Budapest (Hongrie)        Manches 07 et 08
18-17        mai 2013        Salzburgring (Autriche)        Manches 09 et 10
08-09        juin 2013        Moscou (Russie)        Manches 11 et 12
29-30        juin 2013        Porto (Portugal)        Manches 13 et 14
27-28        juillet 2013        Curitiba (Brésil)        Manches 15 et 16
07-08         septembre 2013        Sonoma (USA)        Manches 17 et 18
21-22         septembre 2013        Suzuka (Japon)        Manches 19 et 20
02-03         novembre 2013        Shanghai (Chine)        Manches 21 et 22
16-17         novembre 2013        Macao (Macao)        Manches 23 et 24

 


Post navigation


Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *